Paris Match Belgique

Music Hole : La pépite belge déjantée sort enfin au cinéma

Francis (Wim Willaert) et sa femme Martine (Vanessa guide). | © Music Hole

Cinéma et Docu

Le film aux accents belges assumés sort ce 11 août dans les salles de cinéma belges.

 

Sept ans après leur court-métrage « José », le duo de réalisateurs Gaëtan Liekens et David Mutzenmacher proposent à leur publique un long métrage déjanté, « Music Hole ». On reprend les mêmes et on recommence ? Pas tellement ! Intelligent, aboutit et très bien monté, Music Hole n’emprunte presque que le rythme effréné du scénario à son petit frère.

Le speech

Music Hole, c’est l’histoire de Francis. Un comptable de cabaret miteux, qui est éperdument amoureux de sa femme. Mais après quinze années de mariage, elle ne l’aime plus. Dans le déni de la fin de sa relation, Francis va tout tenter pour la récupérer. Et c’est ici que la situation part en cacahuètes… On ne vous en dira pas plus, car il faut vivre Music Hole pour se rendre compte de sa formidable ossature. Le scénario est intelligent, surprenant et le casting pertinent lui permet de s’illustrer dans ce long métrage avec brio. On y retrouve donc Wim Willaert dans le rôle de Francis. « Wim est un peu le Robert de Niro de la côte belge, il a été une révélation. Je l’ai trouvé directement parfait pour le rôle », explique le coréalisateur, Gaëtan Liekens. Vanessa Guide interprète sa femme et Tom Audenaert, Marijke Pinoy, Mourade Zeguendi, Hande Kodje ou encore Kody Kim complètent un casting varié et très juste.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par MUSIC HOLE Le Film ! (@musicholefilm)

A première vue, on pourrait voir dans Music Hole le successeur de Dikkenek. Les deux films sont barrés, imposent des accents belges de toutes provinces et misent sur un humour assez trash. Mais la ressemblance s’arrête ici. Car Music Hole est bien plus subtil et mise sur un scénario davantage abouti. Il faut donc prendre ce film pour ce qu’il est, et pas pour les ressemblances qu’on pourrait lui accorder.

Un projet unique

Dans les salles belges à partir de ce 11 août, Music Hole se dote déjà d’une critique très positive. A commencer par Jean Dujardin lui-même, qui l’a qualifié de « Pulp Fiction belge formidable » lors de son avant-première française. Une description assez fidèle selon Hande Kodja, qui interprète Nadia et y voit un « Pulp fiction de Charleroi ».

Lire aussi > Camila Cabello fait ses débuts en tant qu’actrice dans un Cendrillon moderne

« C’est un film vraiment barré, épique, baroque, fou, et surtout très intelligent. Il faut le dire, il n’y a pas beaucoup de comédies intelligentes, mais Music Hole en est une », explique l’actrice. Vanessa Guide, interprète de l’épouse de Francis, précise que « les rôles de femmes dans Music Hole sont forts différents de ce qu’on a l’habitude de voir. Ils sont très intéressants, et c’est assez rare de voir ce genre de rôles à jouer. C’était un tournage à part, vraiment ».

© Music Hole

Le film peut aussi se vanter d’un ADN assez unique. Vanessa Guide explique même qu’ « on n’aurait pas pu faire ce genre de film en France. On y serait trop frileux pour mener ce genre de projet ». Music Hole est bien une production belge, même si quelques noms bien connus en France ont participé au projet. On peut notamment citer Luc Besson. Il s’est investi sur la post-production et la distribution du film, qui devrait être aussi diffusé en France malgré la crise sanitaire et le retard engendré dans les cinémas. Gaëtan Liekens précise que « le film a été entièrement tourné avant la pandémie ». Mais forcément, les règles sanitaires ont retardé la diffusion du film. Une grosse année plus tard, il est donc enfin dans les salles obscures belges.

CIM Internet