« Blue » : un film beau, alarmant, mais aussi plein d’espoir pour les océans

« Blue » : un film beau, alarmant, mais aussi plein d’espoir pour les océans

Vidéo Cinéma et Docu

« Le jour où la mer a changé ». En quelques semaines, la bande-annonce a été vue plus d’un million de fois sur Facebook. Car jamais nos océans n’ont été aussi en danger qu’aujourd’hui, des biologistes marins, des plongeurs et des chercheurs australiens ont décidé de leur consacrer un film documentaire pour sensibiliser et alerter.

 

La moitié de la vie marine sera perdue d’ici 40 ans, en 2050, il y aura plus de plastique dans les océans que de poissons, la pêche intensive et industrielle menace les écosystèmes marins, la grande barrière de corail connaît le pire épisode de blanchissement jamais observé… Les océans vont mal. Très mal. Et qui dit plus de coraux, dit aussi plus de vie marine, plus de poissons et plus d’oxygène. Car les océans sont les poumons de la Terre. C’est face à ces constats alarmants qu’est né le film documentaire Blue, qui se définit comme « l’histoire d’une génération qui a besoin d’entendre ». Blue est « un voyage provocant dans le royaume de l’océan, témoignant de ce moment critique que nous vivons en ce moment où le monde marin est au bord du précipice ».

Lire aussi > Sauvez les récifs en adoptant un corail en Polynésie

« Notre océan a été le gardien de la vie sur Terre. Maintenant, c’est à notre tour d’être les gardiens de l’océan »

La bande-annonce commence avec de belles images de fonds marins : « Peu importe de quelle façon vous vivez sur la planète, vous êtes connecté à la mer ». La voix off de Lucas Handley (biologiste marin, photographe et apnéiste) poursuit : « Depuis que je suis né, la moitié de toute la vie marine a disparue ». S’ensuit des images-choc, de requins aux ailerons coupés qui sont rejetés dans l’eau, des otaries et des tortues piégées dans des filets de pêches…

Après qu’on leur ait coupé nageoires et ailerons, les requins sont relâchés agonisant dans l’océan. – © Capture d’écran YouTube @Transmission Films

« Le monde marin tel que je l’ai connu il y a 40-50 ans, aucun jeune d’aujourd’hui ne pourra le voir » ajoute ensuite Valerie Taylor, 82 ans, une plongeuse émérite qui a fait la couverture de nombreux National Geographic, une pionnière dans la défense des requins et une conservationniste. Nos océans sont en danger, et il est donc important d’en prendre conscience, et surtout d’en prendre soin.

Lire aussi > Plastique dans le sel : le goût amer de la pollution des océans

Nous approchons d’une extinction de masse.

© bluethefilm.org

La bande-annonce, publiée sur Facebook le 7 juin, a déjà été vue plus d’un million de fois. Elle se termine sur une note positive, en nous encourageant à « saisir l’opportunité et à faire quelque chose pour les océans qui ont déjà tant fait pour nous », et à leur offrir notre protection, à les sauver. Car nous pouvons le faire. À la question « pensez-vous qu’une personne peut faire la différence ? », Valerie Taylor répond par l’affirmative sans hésitation.

« L’océan est la mère de toutes les vies sur cette planète ». – © Capture d’écran YouTube @Transmission Films

Réalisé et produit par Karina Holden, Blue sortira en Australie le 12 octobre 2017. Les dates pour la Belgique n’ont pas encore été annoncées. Mais en attendant la sortie du film, vous pouvez toujours aider à lutter pour la protection des océans en allant nettoyer les plages, en arrêtant de manger du thon, de l’espadon ou de la morue, en arrêtant d’utiliser les sacs plastiques au supermarché… Toutes les initiatives sont à retrouver ici.

CIM Internet