Paris Match Belgique

Ari Folman : «Où est Anne Frank, dans un monde où des enfants sont victimes de la guerre?»

où est anne frank

Extrait du nouveau film d'animation "Où est Anne Frank !" | © Purple Whale Films

Cinéma et Docu

Avec l’onirique Où est Anne Frank !, le réalisateur israélien de Valse avec Bachir signe la première adaptation animée du célèbre Journal, destinée aux enfants. Bouleversant.

 

Après chaque film, il le clame. « Il faut être masochiste pour faire de l’animation ! » Déjà il y a huit ans, à la sortie du Congrès, son long-métrage d’anticipation qui prophétisait la fin du cinéma et pointait du doigt Harvey Weinstein avant #MeToo, Ari Folman jurait qu’on ne l’y prendrait plus. « Quand j’ai fait Valse avec Bachir, c’est comme si j’avais disparu au fond de l’océan pendant quatre ans. À l’avenir, je veux réaliser des choses plus simples, plus rapides. »

C’est ainsi qu’il commença par refuser l’offre du Fonds Anne Frank qui, cette même année 2013, lui proposa d’imaginer une adaptation du Journal. Avant de revenir sur sa décision devant un documentaire sur la Shoah dans lequel témoignait sa mère, Wanda. « Le dernier survivant qui y parlait a dit quelque chose qui m’a beaucoup attristé, se souvient le cinéaste : “Quand nous serons tous morts et qu’il n’y aura plus de témoin direct, alors l’Holocauste ne sera plus qu’une histoire lointaine de plus…” Je me suis dit qu’il fallait apporter une nouvelle dimension à ces événements. J’ai trois enfants et je ne les imagine pas en train de lire un livre de 350 pages, ils sont monopolisés par les écrans ! Mais si l’on parvient à raconter des histoires qui correspondent à leur mode de fonctionnement, on peut capter leur attention. »

Fils de rescapés d’Auschwitz

Folman s’en fait une mission. Fils de rescapés d’Auschwitz, il découvrira pendant la préproduction du film qu’ils ont été déportés le même jour qu’Anne Frank et sa famille, en septembre 1944. Son enfance est marquée par les récits sur les camps. « Beaucoup de ce qui se passe dans ma famille, depuis ma naissance en 1962, tourne autour de l’Holocauste. Mes sœurs et moi avons grandi parmi une communauté de rescapés polonais où chacun avait une anecdote miraculeuse à raconter. Vous savez, on ne quitte pas Auschwitz par la porte, c’est toujours un miracle. » De là est sans doute née sa vocation de conteur. « Sauf que lorsque je suis arrivé à l’école de cinéma, ricane-t-il, je croyais qu’il fallait que chaque scénario soit tout aussi fou que les histoires horribles qui m’avaient bercé ! »

« 

Où est Anne Frank aujourd’hui, dans un monde où des enfants continuent d’être victimes de la guerre ?

« 

Cannes le fait naître comme cinéaste en 2008 grâce à « Valse avec Bachir », documentaire animé qui revenait sur le massacre du camp de Sabra et Chatila en 1982. « Après Bachir, les gens sont allés googliser Sabra et Chatila et ont appris ce qu’il s’y était passé. C’est énorme ! Si mon adaptation d’Anne Frank pouvait leur donner envie de devenir activistes, alors j’aurais gagné. » Car plutôt que de livrer une adaptation fidèle du Journal d’Anne Frank, Folman s’intéresse à son message et en cherche les échos dans la crise actuelle des réfugiés.

« L’idée de ce titre, avec un point d’exclamation, c’est d’affirmer un constat : où est Anne Frank aujourd’hui, dans un monde où des enfants continuent d’être victimes de la guerre, comme si rien n’avait changé depuis ? » Son contrat stipulait que le film soit prêt pour Cannes 2017, il mettra finalement quatre ans de plus à atterrir sur la Croisette qui lui a réservé une standing ovation nourrie en juillet. « Nous avons eu des problèmes de financement. Le travail d’animation n’a démarré que début 2018. Puis le Covid nous a achevés. Huit ans en tout ! Plus jamais ! » Jusqu’au prochain projet.

Mots-clés:
film cinéma guerre
CIM Internet