Paris Match Belgique

Audrey Lamy : « Chez moi, tout peut être une source de stress, et encore plus depuis que je suis mère »

Audrey Lamy : « Chez moi, tout peut être une source de stress, et encore plus depuis que je suis mère »

Audrey Lamy. | © Jerome Domine / Abacapress

Cinéma et Docu

Dans La brigade, Audrey Lamy tient le rôle principal et entraîne avec elle toute une équipe de jeunes acteurs amateurs. Interview.

 

D’après un article Paris Match France de Charlotte Leloup

Paris Match. Avez-vous fait lire à vos parents, comme vous le faites souvent, le scénario du réalisateur Louis-Julien Petit avant d’accepter ce film ?
Audrey Lamy. J’aime faire lire mes scénarios à mes parents, mais je ne l’ai pas fait cette fois-ci car j’étais sûre de moi. Dès la dixième page, j’ai su que j’allais dire oui. J’avais déjà travaillé avec Louis-Julien sur Les invisibles. C’est un homme brillant et merveilleux. Ses films sont indélébiles. Il pose sa caméra pour raconter des histoires difficiles mais il ajoute de l’humour, de l’amour et de l’humanisme.

Les adolescents hébergés dans un foyer de migrants sont interprétés par des jeunes qui, venant eux-mêmes d’associations et de foyers, ne sont pas acteurs… Comment avez-vous travaillé avec eux ?
Louis-Julien n’a pas voulu que je les rencontre avant le tournage car il souhaitait une authenticité. Nous avons beaucoup improvisé et ils ont été formidables. En revanche, pour jouer mon rôle de cheffe, j’ai intégré les équipes du chef Mathieu Pacaud, au restaurant Apicius, à Paris. J’ai été coachée tous les jours pendant cinq mois. Un univers autoritaire mais humain et solidaire. Je me suis fondue dans l’équipe au point que le réalisateur, un jour, ne m’a pas reconnue en cuisine !

Aujourd’hui, chaque fois qu’on me demande : “Qu’est-ce que tu fais dans la vie ?” et que je réponds “Je joue !”, ça m’émerveille

Auriez-vous pu devenir cheffe ?
Figurez-vous que cette expérience m’a tellement galvanisée que j’ai voulu passer un CAP de cuisine ! Les chefs Christophe Villermet et Mathieu Pacaud, ma famille, m’encourageaient… Il faut dire que, pendant des mois, je leur en ai mis plein les yeux en maîtrisant à la perfection l’art d’émincer, de vider des volailles, d’ouvrir les huîtres et les couteaux… Hélas, je n’ai pas tenu ma promesse car j’ai été happée par un autre tournage.

Qui vous a donné envie d’être actrice ?
Ma sœur. Elle m’emmenait en cachette à ses cours de théâtre. Sur scène, je jouais souvent, enfant, le personnage qu’elle incarnait à l’âge adulte… Alexandra est partie à Paris pour tenter sa chance. Quand j’ai vu qu’elle arrivait à vivre de sa passion, je me suis dit : “Moi aussi, c’est ça que je veux faire.” Ce métier représentait la liberté, l’indépendance. Aujourd’hui, chaque fois qu’on me demande : “Qu’est-ce que tu fais dans la vie ?” et que je réponds “Je joue !”, ça m’émerveille.

Complices toujours ! Le 14 octobre, pour les 50 ans de sa « bombe », sa sœur Alexandra, Audrey Lamy publie ces photos sur Instagram. En légende : «Tout est dit! »
Complices toujours ! Le 14 octobre, pour les 50 ans de sa « bombe », sa sœur Alexandra, Audrey Lamy publie ces photos sur Instagram. En légende : «Tout est dit! » © Instagram

Vous voulez dire qu’un acteur est un éternel enfant ?
J’en suis convaincue. Si vous me posez sous les yeux un coffre rempli de jouets, de costumes et de perruques, je passe la meilleure journée de ma vie. Vous avez remarqué que lorsqu’un enfant joue il le fait à fond, il n’y a pas de second degré… Moi, c’est pareil !

Pourquoi deviez-vous mentir à vos parents quand votre sœur vous emmenait à ses cours de théâtre ?
Parce que ça leur faisait trop peur. Nous habitions dans le Sud, on ne connaissait personne dans le cinéma… Aujourd’hui, je les comprends. Car si mon fils m’annonçait un jour qu’il veut être acteur, cela m’angoisserait beaucoup. On est très nombreux, et peu à réussir à en vivre. Il faut sans cesse se démarquer, on est seul…

Avec le recul, je crois que mes parents m’ont donné un cadre nécessaire pour me dépasser

Vous avez encore ces peurs-là ?
Je suis une grande stressée de la vie ! Vous voyez : depuis le début de l’interview, je me gratte, je parle vite et fort, je gesticule… [Elle rit.] C’est une manière de cacher mes angoisses. J’ai peur de ne pas bien faire. Chez moi, tout peut être une source de stress, et encore plus depuis que je suis mère. On s’inquiète en permanence… J’ai peur que mon fils ne se fasse pas d’amis, qu’il ne soit pas invité aux goûters d’anniversaire, peur de ne pas lui consacrer assez de temps… La seule manière pour me déstresser, c’est de tout anticiper. Je suis très organisée. Au cinéma, je suis une grande bosseuse, je prépare souvent mes rôles avec une répétitrice.

Vos parents vous avaient donné deux ans pour réussir…
Avec le recul, je crois qu’ils m’ont donné un cadre nécessaire pour me dépasser. Il faut dire que j’étais très déterminée. À cette époque, j’avais la pression de la réussite de ma sœur, qui était en plein dans le succès d’“Un gars, une fille”. J’ai enchaîné les petits boulots, passé le concours du Conservatoire pour avoir une légitimité.

Avec François Cluzet, qui interprète le directeur du foyer.
Avec François Cluzet, qui interprète le directeur du foyer. © DR

Il n’y a jamais eu de rivalité avec votre sœur ?
Jamais. Nous sommes fusionnelles. On se réjouit l’une pour l’autre. Si je ne vais pas bien, si je suis triste, si j’ai un doute… je l’appelle. C’est ma sécurité. Je sais que quoi qu’il arrive j’ai ma sœur. Elle a une valise greffée à la main : s’il y a un problème, elle arrive dans la seconde ! [Elle rit.]

Votre fils, Léo, a 5 ans. Il sait que vous êtes actrice ?
Oui, il l’a compris depuis peu. En ce moment, il me répète souvent : “Audrey Lamy, est-ce que je peux avoir un autographe, s’il vous plaît ?” Et lorsqu’on m’arrête dans la rue, il me dit : “Maman, tu as de la chance, les gens t’aiment trop !” Il a vu pour la première fois un de mes films, Le trésor du petit Nicolas. J’espère qu’un jour il regardera La brigade et sera fier de voir que sa mère joue des rôles engagés. Je ne fais pas de politique, mais les films que je choisis parlent pour moi. J’espère que celui-là parviendra à faire changer le regard que l’on a sur ces mineurs non accompagnés. La richesse de la France, c’est notre diversité. Je suis mère et j’ai envie de donner espoir à toute cette jeunesse d’aujourd’hui, qui ne peut plus vivre dans l’insouciance après deux ans de Covid puis la guerre en Ukraine…

Que transmettez-vous à votre fils ?
Je lui explique que rien n’est grave, qu’il y a toujours des solutions. Et j’aimerais lui transmettre la notion de solidarité. Aujourd’hui, quand on parle de “collectif”, on a l’impression que c’est un terme devenu un peu mièvre. Je crois beaucoup à l’entraide, je pense que c’est ça qui donne de l’espoir.

Quarante ans, c’est l’âge le plus épanouissant car on a acquis l’expérience qui rend libre

Vous avez un garçon mais vous avez aussi accueilli récemment une petite fille…
Oui, en ce moment, je pouponne car nous avons accueilli une petite fille en août dernier. Elle a 5 mois, elle s’appelle Alma et elle est merveilleuse.

Dans la vie, êtes-vous toujours aussi cash que votre personnage ?
J’ai mon franc-parler. Plus on vieillit et moins on a envie de s’embêter. Avant, j’enrobais tout, car je ne voulais pas blesser, et je me suis retrouvée dans des quiproquos terribles.

On dit qu’à 40 ans l’existence est plus douce… Est-ce vrai ?
Oui ! Quarante ans, c’est l’âge le plus épanouissant car on a acquis l’expérience qui rend libre. À présent, j’ose enfin dire les choses. Je connais mes priorités, j’ai créé une famille, mon socle est solide. Et puis c’est aussi l’âge où l’on prend conscience d’avoir concrétisé deux ou trois rêves. C’est grisant !

Vous êtes aussi humoriste. Sur votre Instagram et dans la vraie vie, vous aimez faire rire… Qui vous a transmis ce goût pour l’humour ?
C’est de famille ! Chez nous, on rit tout le temps, on se chambre, on déconne… Avec ma sœur, nous avons grandi dans une atmosphère très solaire et très gaie. Nos parents travaillaient beaucoup mais aimaient la vie. Ils faisaient des fêtes, on allait au cinéma… Avec le rire, on peut faire passer tous les messages.

Mots-clés:
cinéma audrey lamy
CIM Internet