Paris Match Belgique

L’Arabie saoudite exige le retrait d’une « référence LGBTQ » dans le dernier Marvel

arabie saoudite docteur strange

"Doctor Strange in the Multiverse of Madness".

Cinéma et Docu

L’Arabie saoudite a demandé à Disney de supprimer les « références LGBTQ » du dernier film de Marvel avant qu’il ne puisse être projeté dans les salles du  royaume ultra-conservateur, a indiqué lundi un responsable saoudien à l’AFP.

La censure exigée porte sur l’une des scènes de Doctor Strange in the Multiverse of Madness, dont la sortie est prévue début mai. Dans cette scène, qui dure « à peine 12 secondes », la super-héroïne lesbienne America Chavez fait référence à ses « deux mamans », a précisé Nawaf Al-Sabhan, responsable de la classification des films en Arabie saoudite.

« Il s’agit juste de références LGBTQ. Elle parle de ses mamans, parce qu’elle a deux mamans. Et au Moyen-Orient, il est très difficile de faire passer quelque chose comme cela », a-t-il soutenu. Selon lui, le géant américain du divertissement Disney a jusqu’à présent répondu « ne pas souhaiter » opérer les suppressions demandées.

Vers une interdiction de diffusion ?

« Il n’y a aucune raison d’interdire le film. C’est juste une modification… Jusqu’à présent, ils ont refusé. Mais nous n’avons pas fermé la porte. Nous continuons d’essayer », a-t-il souligné.

L’homosexualité est un délit potentiellement passible de la peine capitale en Arabie saoudite, qui applique une interprétation très stricte de la loi islamique, même si le royaume a entrepris des réformes sociales ces dernières années.

Sous l’impulsion du prince héritier Mohammed ben Salmane, la monarchie conservatrice du Golfe s’est ouverte aux divertissements et aux grands événements mondiaux, mais les restrictions politiques et sociales restent très importantes. En 2017, les autorités ont levé l’interdiction du cinéma. D’autres films Marvel avaient été dans le collimateur de l’Arabie saoudite.

Selon le journal américain spécialisé Hollywood Reporter, Eternals, qui met en scène un couple homosexuel, avait suscité des demandes de modifications de la part de plusieurs pays du Golfe, dont l’Arabie saoudite. Disney avait refusé et le film n’avait finalement pas été projeté dans le royaume.

Avec Belga

CIM Internet