Paris Match Belgique

Présentation à Cannes du dernier film d’un réalisateur tué à Marioupol

mantas kvedaravicius

Mantas Kvedaravicius en 2011. | © Imago

Cinéma et Docu

Le dernier film du réalisateur lituanien Mantas Kvedaravicius, tué début avril à Marioupol en Ukraine où il l’avait tourné, sera présenté hors compétition au festival de Cannes, qui l’a annoncé jeudi.

Mariupolis 2 (1H45), qui « donne à voir la vie qui continue sous les bombes et dévoile des images aussi tragiques que porteuses d’espoir », a été ajouté à la liste officielle des films, à quelques jours seulement de l’ouverture du 75e Festival de Cannes mardi. Il sera projeté les 19 et 20 mai, est-il précisé dans un communiqué.

Tout le programme du Festival aura pour toile de fond la guerre en Ukraine, inévitablement « dans tous les esprits », selon son délégué général Thierry Frémaux. Deux générations de cinéastes ukrainiens seront présentes, avec l’habitué Sergei Loznitsa pour « The Natural History of Destruction », sur la destruction des villes allemandes par les Alliés pendant la Seconde Guerre mondiale, mais aussi le jeune Maksim Nakonechnyi pour « Bachennya Metelyka » (Un certain regard).

Mantas Kvedaravicius, à qui l’on doit Barzakh (2011), Mariupolis (2016) et Parthenon (2019), a été tué en tentant de quitter Marioupol, ville portuaire du sud-est de l’Ukraine. « En 2022, il est retourné en Ukraine, dans le Donbass, au coeur de la guerre, pour retrouver les personnes qu’il avait rencontrées et filmées entre 2014 et 2015. Suite à sa mort, ses producteurs et collaborateurs ont tout mis en oeuvre pour continuer à transmettre son travail, sa vision, ses films », précise le festival dans son texte.

« Sa fiancée, Hanna Bilobrova, qui l’accompagnait, a pu rapporter les images tournées là-bas et les assembler avec Dounia Sichov, la monteuse de Mantas », ajoute-t-il. Cette dernière s’est déclarée « très émue d’annoncer » la projection. « Mantas, merci », a-t-elle tweeté. Son précédent film, Mariupolis (2016), racontait l’histoire d’une ville assiégée.

Né en 1976, Mantas Kvedaravicius s’était fait connaître avec ce film, tourné à Marioupol et présenté pour la première fois au Festival international du film de Berlin en 2016. Également docteur en anthropologie, Mantas Kvedaravicius voulait témoigner en cinéaste, « aussi loin que possible de l’agitation des médias et des politiciens », selon le communiqué.

CIM Internet