Paris Match Belgique

Les grands compositeurs du septième art : Howard Shore, le seigneur des compos

howard shore musique de film

Howard Shore. | © DR.

Cinéma et Docu

Mondialement connu pour la mise en musique épique du Seigneur des Anneaux, le prodige canadien est aussi le binôme récurrent du grand David Cronenberg. Artiste aux multiples facettes, également créateur de la mythique émission « Saturday Night Live », on vous raconte son parcours dans notre série d’été sur ces hommes de l’ombre, troisièmes rôles magnifiques d’un art qui se joue aussi bien en images qu’en musique (7/7).

 

Retour en 2001, où le monde découvre l’ouverture d’une des plus grandes sagas du cinéma. La communauté de l’anneau arrive sur nos écrans, et avec elle un monde fait de créatures fantastiques. Parmi elles, le public s’amourache pour les hobbits, ces petits hommes issus de l’esprit de J. R. R. Tolkien. Et pour nous introduire leur quotidien et la fameuse Comté, le réalisateur Peter Jackson fait appel à Howard Shore afin de mettre des notes sur cet univers enchanteur. Le compositeur choisit habilement la flûte et un violon sautillant pour nous emmener dans ce petit havre de paix. Bingo, la féérie est tout simplement grandiose et laissera place au chemin chaotique de Frodon Sacquet pour détruire l’Anneau unique.

Lire aussi > Les grands compositeurs du septième art : Morricone, le Maestro prolifique

Mais réduire le compositeur de talent à ses partitions majestueuses pour la trilogie – qui lui rapporteront trois Oscars – ne serait certainement pas juste, tant l’homme aux différentes facettes a multiplié les projets avec une facilité déconcertante. Homme discret, il débute sa carrière de compositeur à l’aube des années 80 en collaborant avec son compatriote David Cronenberg, pour qui il créera des ambiances musicales sur une quinzaine de films (La Mouche, Crash, Le Festin Nu, CosmopolisMaps to The Stars). Ses partitions sombres et angoissantes collent parfaitement à l’univers glauque et viscéral du cinéaste, qui ne le quittera que très peu.

Un maestro taillé pour les succès hollywoodiens

Avant de s’envoler vers Hollywood, Shore avait fait ses gammes durant les années 70 avec le groupe Lighthouse avant de faire partie de l’équipe fondatrice de l’émission culte « Saturday Night Live », en 1975. Il en sera le directeur musical cinq années durant et créera le célèbre générique tant aimé par les Américains. Une période charnière où il crée des sonorités à la chaîne, et qui le prépare à son ascension fulgurante.

Après Cronenberg, ce sera au tour de Martin Scorcese de s’attitrer les services d’un monsieur désormais très demandé. Il collaborent une première fois sur After Hours en 1985, avant de se retrouver sur Gangs of New York (2002), The Aviator (2005), Les Infiltrés (2006) ou encore Hugo Cabret (2011).

Dans les années 90, il enchaîne les films à succès et navigue entre tous les genres, que ce soit pour de la comédie, du drame ou des films à suspense. Sa filmographie plutôt éclectique est là pour le prouver : Le Silence des Agneaux (1991) et Philadelphia de Jonathan Demme (1993), Mme Doubtfire de Chris Columbus (1993), Ed Wood de Tim Burton (1994), Se7en (1995) et The Game (1997) de David Fincher. Plutôt clinquant.

Les années 2000 sonnent comme une consécration avec la trilogie de Peter Jackson, où Shore parvient à rester dans la même lignée volet après volet, allant dans des sonorités toujours plus sombres et épiques et atteignant des sommets d’émotion et de cohérence stylistique. Il aura la brillante idée d’inclure à ses partitions la voix cristalline d’Enya, et récidivera encore avec brio sur la trilogie du Hobbit.

Lire aussi > Les grands compositeurs du septième art : James Horner, le magicien devenu éternel

Celui qu’on dit timide continue à travailler ici et là avec des cinéastes de renom (Michel Hazanavicius, Tom McCarthy, Arnaud Desplechin) et revient en cette rentrée sur le devant de la scène. C’est en effet lui qui est à la baguette pour mettre en musique la série la plus chère de tous les temps, le spin-off du Seigneur des Anneaux diffusé sur Amazon Prime. Un pari risqué ? Howard Shore n’a plus rien à prouver.

CIM Internet