Paris Match Belgique

Pourquoi mange-t-on du popcorn au cinéma ?

© Flickr @J Mark Dodds

Cinéma

Dans tous les cinémas du monde entier, on trouve du popcorn, et ce depuis des siècles. Et ce n’est pas juste pour le plaisir du maïs et des papilles.

 

Qui dit cinéma dit forcément popcorn. Oui mais pourquoi, au juste ? Pourquoi n’y aurait-il pas des machines à barbe à papa plutôt que des machines à popcorn dans les salles osbcures ? Mis à part le côté pratique (on peut piocher dedans tout en gardant les yeux rivés sur l’écran du ciné) et facilement partageable, pourquoi opte-t-on plus pour des grains de maïs soufflés que pour des cacahuètes grillées ? Si l’on doit la découverte du maïs aux Amérindiens à l’an 3000 avant J.-C, il faudra attendre le 19ème siècle pour que le popcorn se popularise aux États-Unis. Il était alors vendu dans les cirques, les foires, en pleine rue… Le mot « popcorn » fait son apparition dans le Dictionnaire des américanismes de J.R. Bartlett en 1848, et c’est en 1893, « qu’un certain Charles Cretors, propriétaire d’une confiserie à Decatur, dans l’Illinois, [mettra] au point un étonnant charriot ambulant placé devant sa boutique, capable de cuire à la vapeur des grains de maïs transformés en popcorn (…) Cette même année, sa machine est présentée dans le cadre de l’Exposition Universelle de Chicago » rappelle Allociné.

© Flickr @personalcreations

Mais le popcorn n’était pas vendu au cinéma, puisqu’il n’existait pas encore, tous comme les M&Ms et autres confiseries de ce genre. Et quand le cinéma est apparu dans les années 1920, il n’était d’ailleurs même pas autorisé d’y manger : « Les cinémas ne voulaient rien avoir à faire avec le popcorn. (…) Les premières salles de cinéma avaient même des panneaux à l’extérieur de leurs vestiaires, exigeant que l’employé chargé de ce même vestiaire vérifie systématiquement la présence ou non de popcorn dans les poches des manteaux » explique Andrew F. Smith dans son livre Popped Culture : a Social History of Popcorn in America, consacré à la fabuleuse histoire du grain de maïs aux USA. Les salles de cinéma étaient des salles luxueuses, avec de beaux fauteuils, de belles moquettes… et étaient souvent réservées à une élite, qui pouvait d’une part s’offrir le ticket de cinéma mais qui était également instruite, de nombreux films à l’époque étant muets, il fallait savoir lire.

Lire aussi > Quand le slow motion hypnotise et fascine

C’est avec l’arrivée des films parlants en 1927 et de la Grande Dépression que le cinéma s’est popularisé -de 25 millions de spectateurs par semaine en 1925, les cinémas atteignent 90 millions en 1930- et que les gens se sont mis à apporter avec eux de quoi grignoter pendant les séances. Car c’est bien connu, de rester devant un écran favorise le grignotage. De nombreux vendeurs de rues se postaient devant les cinémas et vendaient du popcorn à moindre coût à l’extérieur. Peu de temps après, les propriétaires de cinéma ont décidé de vendre eux-mêmes leur popcorn afin de se remplir un peu plus les poches (1 euro de maïs= 250 euros de bénéfices). Et la folie popcorn était alors née. Car le popcorn, ce n’est pas cher, c’est facile à produire dans de grandes quantités, et nul besoin d’être un grand chef cuisinier pour les réussir. Sans compter que le popcorn sent bon, qu’il ne salit pas les mains et qu’il  reste moins bruyant à manger qu’un paquet de Cheetos. Et qu’on peut le faire aussi bien salé que sucré. En résumé, le mets parfait pour un bon ciné.

Et sinon le popcorn a même sa journée internationale : le 19 janvier.

Mots-clés:
cinéma popcorn
CIM Internet