Paris Match Belgique

La théorie sur la mort de l’aviatrice Amelia Earhart remise en cause par un « indice perdu »

Amelia Earhart en 1930, sept ans après son pari fou. | © AFP PHOTO / The Paragon Agency / Albert Bresnik

Documentaires

Un documentaire de la chaîne américaine History Channel revient sur la disparation mystérieuse de l’aviatrice, 80 ans après sa présumée mort.

C’est un mystère que tentent depuis des décennies de percer chercheurs et passionnés de la conquête de l’air : qu’est-il arrivé à Amelia Earhart, pionnière de l’aviation ? Un nouveau documentaire avance désormais, en se basant sur des indices controversés, que l’Américaine aurait en fait survécu à la panne sèche de son avion durant sa tentative tragique de tour du monde en 1937.

Coupe à la garçonne, habituée des pantalons à une époque où ces choix se faisaient remarquer, Amelia Earhart fut la première femme à traverser seule l’Atlantique en avion, en 1932. Cinq ans plus tard, elle décollait à 39 ans de Californie en espérant, accompagné de son navigateur Fred Noonan, 44 ans, devenir la première femme à réaliser cet exploit. Depuis, la théorie la plus répandue veut qu’en juillet 1937, leur bimoteur Lockheed Electra soit tombé en panne sèche au-dessus de l’océan Pacifique, disparaissant dans les eaux vers l’îlot isolé de Howland.

Une femme de dos, à la silhouette ressemblant à celle de l’aviatrice

Mais un documentaire qui sera diffusé dimanche sur la chaîne américaine History Channel, intitulé « Amelia Earhart : The Lost Evidence » (« Amelia Earhart : l’indices perdu »), suggère que les deux aviateurs ont en fait survécu avant d’être faits prisonniers par les Japonais. Les documentaristes fondent leur théorie sur une photo floue en noir et blanc, découverte parmi les documents des Archives nationales américaines à Washington. On y voit plusieurs personnes sur un quai de l’Atoll de Jaluit, dans les îles Marshall, dont une femme de dos, à la silhouette ressemblant à celle d’Amelia Earhart et portant apparemment un pantalon, comme la célèbre aventurière aimait à le faire. La coupe courte aussi ressemble à celle de l’aviatrice. Un homme debout non loin d’elle sur le quai ressemblerait aussi remarquablement à Fred Noonan, selon un expert physionomiste interrogé dans le documentaire.

Derrière le quai, on aperçoit un bateau remorquant un engin. Selon les documentaristes, il pourrait s’agir du navire japonais Koshu Maru tirant l’avion d’Amelia Earhart. Cette photo porterait le marquage typique des documents passés par les services de renseignement de la marine américaine, selon le site de History Channel. Avant eux, déjà, des habitants des îles Marshall affirmaient depuis longtemps que les deux aviateurs avaient survécu à l’atterrissage en urgence de leur appareil avant d’être capturés par les Japonais. Une théorie reprise par les documentaristes.

©AFP PHOTO

Controverse de spécialistes

« Nous pensons que le Koshu a amené (Amelia Earhart) à Saipan (dans les îles Marianne) et qu’elle y est morte sous la garde des Japonais », a expliqué le producteur exécutif du documentaire, Gary Tarpinian, sur la chaîne NBC News. « Nous ne savons pas comment elle est morte. Nous ne savons pas quand », a-t-il reconnu. Cette théorie est toutefois loin de faire l’unanimité chez les experts. « Je connais l’existence de cette photo depuis un an », souligne Richard Gillespie, directeur exécutif d’un groupe américain de passionnés d’histoire de l’aviation, The International Group for Historic Aircraft Recovery (TIGHAR), qui tentent depuis des années de découvrir ce qui est arrivé à Amelia Earhart et Fred Noonan.

« Je suis stupéfait que quelqu’un puisse prendre ça au sérieux », explique-t-il à l’AFP. « En tant qu’indice, c’est risible ».  « C’est juste une photo de quelques personnes sur le quai de Jaluit », poursuit-il. « Où sont les Japonais ? Où sont les soldats ? » Il y a « peut-être bien une femme blanche » sur la photo et « il semble y avoir un homme blanc », reconnaît-il. « Et tout à coup, il s’agit d’Amelia Earhart et Fred Noonan? Allez, c’est absurde », assène-t-il.

Son groupe, le TIGHAR, s’est particulièrement penché sur l’hypothèse voulant que l’avion a fait un atterrissage forcé sur l’atoll de Nouv, aujourd’hui baptisé Nikumaroro et appartenant à la république des Kiribati, où les deux aviateurs seraient décédés.

L’aventure d’Amelia Earhart et de Fred Noonan avait démarré le 20 mai 1937, lorsqu’ils ont décollé d’Oakland, en Californie. Le 2 juillet, ils ont quitté Lae, en Papouasie-Nouvelle-Guinée pour une étape particulièrement ambitieuse de quelque 4 000 kilomètres afin de se ravitailler en carburant sur le minuscule îlot d’Howland, territoire américain situé pratiquement à mi-chemin entre l’Australie et Hawaï. Ils n’y seraient jamais parvenus. Figure célèbre aux États-Unis, la pionnière de l’aviation civile a déjà été immortalisée au cinéma sous les traits d’Hilary Swank en 2010.

CIM Internet