Paris Match Belgique

L’incroyable périple du journaliste qui s’est mis en quête de la Belgique à travers la planète

Belgique

Erik Brusten s'est fait le porte-drapeau de la culture belge à l'étranger | © Flickr @ Thomas Quine

Littérature

Depuis 20 ans, le journaliste touristique Erik Brusten fait voyager de sa plume aiguisée les lecteurs du nord du pays. Et non content de passer sa vie à la découverte de nouvelles destinations, Erik s’est mis en quête d’y dénicher un petit peu de Belgique, et de compiler ses trouvailles dans un livre. L’occasion de découvrir que le plat pays est peut-être petit, certes, mais qu’on en retrouve des fragments aux quatre coins de la planète. 

Mais aussi d’en apprendre plus sur des recoins secrets et des anecdotes méconnues en Belgique. Un voyage initiatique délicieusement chauvin qui a commencé à Venise. « Si j’ai commencé à me spécialiser sur le savoir-faire belge et son rayonnement à l’international, c’est un peu par hasard, confie Erik Brusten. J’étais en reportage à Venise, mais je n’avais aucune envie d’écrire un énième article sur la place Saint-Marc. C’est là que j’ai rencontré un sculpteur originaire de Flandre, qui m’a emmené loin des sentiers battus et m’a fourni une mine d’information sur la ville. En rentrant en belgique, je me suis dit qu’il devait y avoir plein de gens comme lui et ça m’a donné envie de creuser le sujet ». Le concept de Tussen reis en roots, soit « entre le voyage et les racines » en français, était né.

Annuaire d’anecdotes

« Au départ, je ne comptais pas écrire un livre, et je me contentais de distiller mes anecdotes dans mes articles, mais un jour, quelqu’un m’a demandé pourquoi je ne les compilerais pas toutes dans un ouvrage, et j’ai trouvé que c’était une excellente idée. Au début, ça n’a pas été facile de convaincre les éditeurs, qui étaient désarçonnés par le fait que le livre parlait de tant de villes. Mais c’est justement ça qui est intéressant pour moi : aller dénicher les connections belges aux quatre coins de la planète ». Ou du moins, entre l’Europe et New-York, où l’on apprend l’existence de la Flemish mother of America. Mais aussi à Madrid, où l’on savoure des bières au Cafeeke, avant de partir pour l’église flamande de Paris ou à la rencontre de la jeune wallonne qui a tapé dans l’oeil du sultan de Turquie et rejoint son harem. Avec son style enlevé et son don pour la narration, Erik Brusten emmène les lecteurs en voyage et en profite pour raviver en eux une fierté nationale qui fait parfois défaut aux habitants du plat pays. Et pourtant, outre les trésors qui s’y trouvent, la Belgique a de quoi être fière : n’est-elle pas après tout la patrie de l’architecte qui a contribué à concevoir le paysage de Barcelone ou encore de ce drôle de personnage venu de Hegenouwen qui a participé à la construction de tant de buildings rococo à Munich ?

Lire aussi > Tout plaquer et ouvrir un bar à bières belges au Mexique

Tussen Reis en Roots
DR

« En faisant des recherches pour ce livre, je suis tombé sur une foule d’informations passionnantes, souvent méconnues ou oubliées, et qu’il me semblait très important de partager. J’ai commencé à mettre des marques sur une carte à chaque fois que je trouvais des connections belges, avec pour objectif de rédiger un guide qui apprendrait aux lecteurs des choses qu’ils n’avaient encore jamais lues ailleurs. C’est une fierté pour moi de savoir que la plupart des anecdotes rassemblées dans mon livre ne se retrouvent dans aucun autre guide ». Notamment le parcours du Liégeois Gérard de Lairesse, anoblie à Amsterdam au 17e siècle et considéré comme un des grands noms de la peinture de l’époque. Mais aussi la vision de cette famille originaire de Malines qui s’est établie à Gdansk, en Pologne, et y a façonné l’architecure sur le modèle de celle des Pays-Bas. Noble Belgique, terre de visionnaires et d’aventuriers qui ont emmené leur héritage en voyage.

Nouveaux horizons

« Le Belge a tendance à se rabaisser, et n’est pas toujours au courant de tout ce que le reste du monde doit à ses compatriotes. Mon livre n’a pas tant vocation à réveiller cette fierté, qui a pourtant bien sa place, mais plutôt à être un compagnon de route pour les Belges en goguette. C’est extrêmement gai de se promener à l’étranger et de réaliser que quelqu’un qui est né au même endroit que nous a eu un impact sur la ville ». Et Erik Brusten d’ajouter dans un sourire : « quoi de plus agréable en tant que journaliste touristique que de savoir que je vais amener mes lecteurs à faire des découvertes ? ».

CIM Internet