Paris Match Belgique

Quand Instagram décide de ce qui est montrable et de ce qui l’est moins

« Pics or It Didn’t Happen » compile une série de photos qui ont été censurées par le réseau social Instagram | © Capture d'écran Instagram

Littérature

Deux artistes néerlandaises rassemblent dans un ouvrage des photos censurées par Instagram. Avec sa politique stricte d’utilisation, le réseau social décide – parfois à géométrie variable – de ce qui est montrable ou pas.

On commence à connaître la chanson. Selon ses conditions d’utilisation, Instagram prohibe la publication de « scènes de nudité partielle ou totale, de photo ou contenu à caractère discriminatoire, illicite, frauduleux, haineux ou pornographique ou sexuellement suggestif ».

Voyant certaines de leur photographies censurées, la mannequin et photographe suédoise Arvida Byström et l’artiste numérique Molly Soda se sont interrogées sur les publications qui étaient autorisées ou non sur le réseau social.

Lire aussi : Genderless nipples : des tétons « unigenre » sur Instagram

Près de 2000 photos collector

Devant cette censure stricte, quoique variable, les deux artistes néerlandaises basées aux États-Unis ont lancé ensemble un appel à témoignages afin de collecter des clichés censurés d’utilisateurs. Une collection compilée dans un livre intitulé « Pics or It Didn’t Happen » où l’on explore l’image de soi, la nudité et les selfies jugés trop osés.

Censure justifiée, ou pas

Si l’on peut parfois comprendre l’interdiction de poster certains contenus sur Instagram, l’ouvrage reprend néanmoins des photos où l’on peut se demander : pourquoi censurer ?

Selon les deux artistes, il est clair que les tétons et les poils pubiens sont ceux proscrits en première ligne. Du reste, des photos de maternité, des femmes voilées au téléphone en passant par des photos de personnes aux toilettes, on a du mal à comprendre l’embarras d’Instagram.

#socialanxiety

A post shared by arvida byström (@arvidabystrom) on

Les deux jeunes femmes dénoncent ainsi la restriction sélective et normative des représentations du corps féminin. L’occasion aussi de s’interroger sur ce qui fait qu’une photo est jugée décente et donc montrable par le réseau social.

Décriée depuis longtemps, la politique 100% prude d’Instagram fait donc encore parler d’elle. Le livre faisant écho à la politique contestée censurant les tétons de femmes… mais pas ceux des hommes.

Shot cyber punk hijabi @imaginaryreturn for OOMK issue 4 🐉

A post shared by Isaac Kariuki (@isaackariuki.jpg) on

como puede ser q me hayan borrado esta foto

A post shared by rebe (@besosderebeka) on

CIM Internet