Rentrée littéraire d’hiver : Notre première sélection de livres

Rentrée littéraire d’hiver : Notre première sélection de livres

rentrée littéraire janvier

Image d'illustration | © Thought Catalog / Unsplash

Littérature

L’hiver littéraire fait sa rentrée. Paris Match Belgique a fait sa sélection de 10 livres à ne pas manquer. Voici la première partie. 

Le plus attendu

Sérotonine, Michel Houellebecq, Flammarion

Il a lancé le coup d’envoi de la rentrée littéraire d’hiver 2019, les 320 000 exemplaires du nouveau roman de Michel Houellebecq ont déferlé dans les rayons le 4 janvier. Le titre et le sujet étaient tenus secrets jusque fin décembre, et l’auteur provocateur n’a donné aucune interview. Un lancement savamment orchestré par son éditeur Flammarion pour la sortie du roman consacré au déclin de l’homme occidental.

 

View this post on Instagram

 

[Michel Houellebecq] . «Mes croyances sont limitées, mais elles sont violentes. Je crois à la possibilité du royaume restreint. Je crois à l’amour» écrivait récemment Michel Houellebecq. Le narrateur de « Sérotonine » approuverait sans réserve. Son récit traverse une France qui piétine ses traditions, banalise ses villes, détruit ses campagnes au bord de la révolte. Il raconte sa vie d’ingénieur agronome, son amitié pour un aristocrate agriculteur (un inoubliable personnage de roman – son double inversé), l’échec des idéaux de leur jeunesse, l’espoir peut-être insensé de retrouver une femme perdue. Ce roman sur les ravages d’un monde sans bonté, sans solidarité, aux mutations devenues incontrôlables, est aussi un roman sur le remords et le regret. . Êtes-vous déjà en train de le lire ?📖 . . . . . . . #Instabook #flammarion #houellebecq #lecture #lire #roman #llovebooks #igreads #livre #bookstagram #livrestagram #instalivres #booklover #books #bookaddict #passionlivres #RL2019 #rentreelitteraire #rentreelitterairehiver #michelhouellebecq #serotonine

A post shared by Éditions Flammarion (@flammarionlivres) on

Le roman belge

Nous ne sommes pas des mauvaises filles, Valérie Nimal, Editions Anne Carrière.

Maud plonge dans son passé pour dresser le portrait sans concession d’une mère aimante, mais sentimentalement instable et impitoyable pour ses filles. Dans ce premier roman écrit avec les tripes, Valérie Nimal plonge le lecteur au coeur d’une relation mère-fille ravageuse dans une fresque familiale aux accents tragiques. La maladie d’une mère et la souffrance de ses filles sont racontées à travers le regard de Maud qui va chercher un moyen de s’émanciper au point de perdre pied avec la réalité.

Le roman historique

La goûteuse d’Hitler, Rosella Postorina, Albin-Michel

1943, Hitler est reclus dans son quartier général en Prusse orientale. Convaincu qu’on cherche à l’empoisonner, il recrute une dizaine de gouteuses contraintes de se rendre deux fois par jour au bunker, la peur au ventre, tester ses repas végétariens. C’est une autre guerre qui va se jouer dans le réfectoire : un climat de méfiance hostile s’installe entre ces femmes, mais des liens de sororité, d’intimité aussi vont se développer entre celles qui partagent le même destin : et si la prochaine bouchée était la dernière? L’histoire vraie de Margot Foelk, récemment décédée, est racontée avec justesse et sans moralisme dans ce roman italien déjà plusieurs fois primé. 

L’enquête

L’éducation occidentale, Boris Le Roy, Actes Sud

Une bombe vient d’exploser sur un marché au Nigéria. Ona, une agent scientifique de l’ONU, est dépêchée sur place pour faire les première constatations. Parmi les corps déchiquetées, elle retrouve la tête de son chauffeur. La narratrice relève des indices sur la scène de crime mais aussi dans son passé pour tenter de reconstituer le parcours d’un homme, et en creux d’une région du monde. Corruption, terrorisme, bureaucratie onusienne, colonisation : rien n’échappe à son examen minutieux. Pas un point ne vient troubler le récit de Boris Le Roy, le lecteur est empressé, oppressé par son style. Une langue qui est aussi fragmentée que les corps éparpillés qu’il décrit, aussi désarticulée que la société qu’il dénonce.

Lire aussi > 5 comptes Insta qui donnent envie de lire

Le plus romanesque

Les heures solaires, Caroline Caugeant, Stock

Billie, une dessinatrice parisienne trentenaire, apprend la mort brutale de sa mère Louise mystérieusement noyée dans une rivière. C’est l’heure pour Billie de revenir dans le village de son enfance. Le décès de sa mère est une de choc qui vient raviver des vieux souvenirs et des secrets de famille. Caroline Caugant nous parle de la mémoire, de l’enfance, des remords, des malédictions et traumatismes qu’on se transmet dans une famille à travers le portrait de trois générations. Romanesque à souhait, comme le veut cette toute nouvelle collection de Stock, ‘Arpège’.

CIM Internet