Paris Match Belgique

21 juillet : 5 romans policiers dont l’intrigue se déroule en Belgique

livres belgique

Image d'illustration. | © Unsplash.

Littérature

Vous cherchiez de quoi lire sur la plage cet été ?

Ce 21 juillet, on célèbre la fête nationale belge. Si l’événement aura forcément un goût particulier cette année, certains chanceux pourront malgré tout espérer profiter de quelques jours ou semaines de vacances mérités. Voici 5 romans dont l’intrigue se déroule en Belgique pour célébrer notre beau pays. Une sélection spécialement réalisée par la librairie Filigranes.

 

1. « Regrets éternels » de Pieter Aspe

« Regrets éternels » de Pieter Aspe, Édition Albin Michel

Le pitch ? Entre 1982 et 1985, une série de braquages sanglants terrorise la Belgique. Vingt-huit personnes tuées de sang-froid et pas l’ombre d’une piste fiable. Quarante ans plus tard, l’énigme des « tueurs du Brabant » reste d’une brûlante actualité. C’est précisément sur ce dossier que travaillait le journaliste d’investigation Michel Lambrechts. Retrouvé chez lui avec deux balles dans la tête, il laisse des informations capitales aux mains de tueurs qui ont embarqué tous ses documents.

En se lançant dans l’enquête, le commissaire Van In et ses acolytes n’ont qu’un espoir : ne pas finir comme tous ceux qui se sont frottés à cette histoire, dont le procureur Demedts, retrouvé pendu…
Des coulisses du pouvoir aux scandales politiques sur fond de grande criminalité : Pieter Aspe rouvre l’une des pages les plus sombres de l’histoire de la Belgique. Passionnant.

Pourquoi on le conseille ? Toute la série des enquêtes du commissaire Van In est menée dans notre belle ville de Bruges. L’occasion de découvrir le patrimoine et de suivre les sombres histoires démêlées par un trio sympathique.

2. « Les folles enquêtes de Magritte et Georgette à Knokke-le-Zoute » de Nadine Monfils, Édition Robert Laffont

« Les folles enquêtes de Magritte et Georgette à Knokke-le-Zoute » de Nadine Monfils

Le pitch ? Avec la mer du Nord pour dernier terrain vague… Enfin les vacances, direction Knokke-le-Zoute ! Le peintre Magritte et sa femme Georgette se préparent à savourer les plaisirs de la côte belge : promenades en cuistax, croquettes de crevettes et moules-frites. Mais avant ça, ils profitent de la plage, bien installés dans leur transat. Un peu plus loin, les aboiements de leur chienne Loulou sonnent la fin du farniente. En grattant dans le sable, elle a déterré une main. Une aubaine pour René et Georgette qui vont se livrer à leur plaisir secret : traquer le meurtrier.

Pourquoi on le conseille ? Difficile de trouver plus belge que ça! Thrillers palpitants et originaux faits de nombreuses références à l’artiste. Et c’est avec brio que Nadine Monfils nous fait rentrer dans l’intimité du couple et elle ne s’arrête pas là. Au fil de la lecture, vous retrouverez énormément de références à la belgitude de l’auteure et croiserez de grands Belges…

3. « Michel Van Loo disparaît » d’Alain Berenboom

« Michel Van Loo disparaît » d’Alain Berenboom, Édition Genèse Édition

Le pitch ? Automne 1950. Chasser des fantômes dans le Hainaut semble à première vue une farce. C’est ce que croit Michel Van Loo quand il est consulté par Charles de Bodegné, le nouveau propriétaire du château de Saint-Sorlain en proie à des phénomènes inquiétants. Une enquête que le détective privé, toujours fauché, devrait pouvoir mener tambour battant. À peine Van Loo a-t-il le temps de profiter de la vie de château que meurtres et disparitions s’enchaînent jusqu’à ce que le traqueur de fantômes disparaisse à son tour.

Devant l’inefficacité de la police, la bande à Van Loo se mobilise pour retrouver le détective évaporé. Son amoureuse Anne mène l’enquête. Le pharmacien Hubert, le coiffeur Federico et les deux redoutables syndicalistes, les Motta, débarquent à leur tour à Saint-Sorlain.
Si les spectres demeurent insaisissables, de sales histoires remontent à la surface, des affaires qui datent de la dernière guerre et qui ressortent des combles où on les avait enfermées. Le côté sombre d’un paisible village du Hainaut et de ses notables si propres sur eux.

Pourquoi on le conseille ? Sixième enquête du détective Van Loo dont Alain Berenboom situe l’histoire dans la Belgique d’après-guerre et nous rappelle les plaisirs, au-delà de l’enquête, de la bonne chair, la bonne bière et de la tradition dans toute sa splendeur.

4. « Célestine » de Sophie Wouters

« Célestine » de Sophie Wouters, Édition 180°

Le pitch ? Années soixante, quelque part dans la France profonde. Célestine, orpheline dès sa naissance, est élevée par de lointains parents qui n’avaient jamais voulu d’enfants. Dix-sept ans plus tard, l’adolescente se retrouve devant la Cour d’assises des mineurs. Mais que s’est-il donc passé pour que la ravissante et douce Célestine, dont l’avenir était plus que prometteur, soit jugée pour un crime dont tout semble l’accuser ?

Pourquoi on le conseille ? Années soixante, Célestine, orpheline dès sa naissance est élevée par de lointains parents qui n’avaient jamais voulu d’enfants. Dix-sept ans plus tard, l’adolescente se retrouve devant la Cour d’assises des mineurs. Petit bijou d’humour et de poésie relativement sombres, qui se lit d’une traite.

5. « L’été sans retour » de Giuseppe Santoliquido

« L’été sans retour » de Giuseppe Santoliquido, Édition Gallimard

Le pitch ? Italie du Sud, été 2005. Alors que la fête bat son plein au village de Ravina, Chiara, 15 ans, disparaît sur la route qui sépare sa maison de celle de sa cousine. Les habitants se lancent à sa recherche mais l’adolescente est introuvable. Les semaines passent, l’enquête piétine et les journalistes s’installent. L’affaire est racontée quinze ans après par Sandro, proche de l’accusé.

Pourquoi on le conseille ? « Le sud de l’Italie, des secrets enfuis. Une voix inoubliable! »

CIM Internet