Paris Match Belgique

Vroooooooom : le retour de Michel Vaillant dans l’enfer d’Indianapolis

Les bandes dessinées

C'est le grand retour de Michel Vaillant sur l'un des circuit les plus mythiques au monde ! | © Dupuis.

Littérature

Cette semaine nous vous présentons cinq bandes dessinées à dévorer durant ce congé de Toussaint. On vous propose une aventure du plus populaire des coureurs automobiles du 9e art, un jeu de rôle adapté au monde de la BD avec succès ou encore la découverte de l’amour à l’adolescence !

 

Par Laurent Depré et Elodie Métral

Depuis cet été, Parismatch.be vous invite chaque semaine à vous plonger dans l’univers de la bande dessinée en vous proposant toute une série d’aventures pour adultes, pour jeunes et ados ! L’offre en 2022 est abondante et de qualité : c’est un secteur qui, période de crise oblige, a connu un boom durant la Covid-19. Voici nos coups de coeur cette semaine !

Seeds of Wars – Les Dieux Célestes, tome 1 : Le passage réussi du jeu de rôle à la bande dessinée

Le pitch : Bron et Mira, des redoutables jumeaux d’une espèce inconnue dotés de capacités extraordinaires, sont chargés de protéger la jeune Philel, la princesse la plus facétieuse de Cérès. Orphelins dès leur plus jeune âge, ces deux aventuriers font carrière au service du puissant royaume d’Astaeria. L’enlèvement de la jeune princesse les mènera dans les intrigues politiques d’un continent composé d’une myriade de royaumes et de cultures.

Notre avis : Dès les premières pages, Seeds of Wars nous captive avec son histoire, sa magie, ses scènes de combat et ses dessins d’une infime précision. Sous ses faux airs de Seigneur des anneaux, Seeds of Wars a pourtant son propre univers. Là où certains premiers tomes d’une saga nous assomment d’informations, SOW nous guide à travers ses royaumes avec simplicité et fluidité. C’est une vraie bande dessinée d’aventure qui se lit d’une traite avec une intrigue haletante et pleine de rebondissements. Blaede et Bojan Vukic signent un premier opus ambitieux qui présage un radieux futur à cette saga.

La bande dessinée Seeds of Wars
Seeds of Wars. © Kalopsia

Le Chant du Temps Inversé : La douceur de l’amour adolescent

Le pitch : Pandora, une adolescente extravertie, travaille au Chant du temps inversé, la boutique geek que tient son oncle. Elle y croise Paul, garçon timide et un peu plus jeune qu’elle. Entre eux, le courant va vite passer : mêmes références de jeux, de mangas, d’animé et même envie de se découvrir. Mais de quoi est-il question ? D’amour ou d’amitié ? La distinction est importante, car Pandora a un copain et un passé peut-être compliqué à assumer. Entre eux, c’est une troublante et touchante relation qui va s’écrire, entre âmes et corps mis à nu…

Notre avis : Cette bande dessinée raconte avec subtilité les premiers amours de Pandora et Paul. Le style épuré des traits en noir et blanc renforce la délicatesse de l’histoire, où amitié et amour s’entremêlent. Une BD initiatique où Paul explore sa sexualité, sans jamais tomber dans la vulgarité ou le voyeurisme.

La bande dessinée Seeds of Wars
Le chant du temps inversé. © Dupuis

CityZen : La chanteuse Jain se lance dans sa première bande dessinée post-apocalyptique 100% écolo

Le pitch : Le monde s’est effondré au cours de la WWW : la World Weather War, conjonction de terribles phénomènes climatiques. Heureusement, CityZen, ville écoresponsable révolutionnaire, répare la Terre grâce à des arbres recyclant la pollution. Amal, une lycéenne modèle, est prête à s’impliquer dans l’action militante de sa cité. Mais le jour où l’on découvre que sa soeur a probablement rejoint une bande d’activistes souhaitant détruire CityZen, la vie de la jeune fille bascule… Entre l’amour de sa soeur et ses convictions écologistes, Amal va devoir choisir !

Notre avis : CityZen est avant tout une fable écologique qui raconte les travers d’une société que l’on pense injustement « parfaite ». On découvre rapidement l’envers du décor et la réalité que cachent les sourires (un poil flippant) des adultes de cette ville. Les adolescents, eux, ouvrent les yeux et veulent comprendre ce qui ne tourne pas rond dans cette société faussement parfaite. Le manque de sentiments des adultes ne cacherait-il pas quelque chose ? Si le discours de fin est un poil cliché et peu subtil, on passe un bon moment en lisant cette BD avec des dessins si colorés et futuristes.

La bande dessinée Seeds of Wars
CityZen. © Dupuis

Dans l’enfer d’Indianapolis : Michel Vaillant revisite les courses mythiques !

Le Pitch : Michel Vaillant est le guide ultime, pour qui voudrait pénétrer les coulisses et secrets des courses automobiles les plus mythiques… Avec la nouvelle collection Légendes, le lecteur accompagne le plus grand des pilotes dessinés dans des aventures inédites, pour une relecture inattendue d’événements devenus aussi légendaires que les 500 Miles d’Indianapolis en 1966, Les 24 Heures du Mans en 1970 ou encore le Grand Prix de Monaco en 1971.

Notre avis : Jean Graton, le papa de Michel Vaillant, est décédé en 2021 à près de 97 ans à Bruxelles. Entre 1959 et 2007, 70 albums ont vu le jour ! D’autres collections sont venues épaissir l’univers de la course automobile et du héros Michel Vaillant. C’est le cas avec ces Légendes qui reviennent sur une série de courses mythiques dans l’histoire. Pour cette aventure, Michel Vaillant et son fidèle Steve Warson se retrouve engagés dans la course des 500 Miles aux Etats-Unis sur fond de magouilles mafieuses. On y croise Graham Hill, Jim Clark, Mario Andretti ou encore Jackie Stewart. L’esprit Graton est respecté à la lettre par Lapière et Dutreuil. Les dessins de course et de crash sont impeccablement réalisés tout comme les geules carrées de nos héros du volant. Cela sent vraiment les sixties avec de nombreux détails dans les cases. Tout comme un beau clin d’oeil à Jean Graton en fin de livre !

 

©Dupuis

Une romance anglaise : classe, sulfureux, so sixties…

Le pitch : Le docteur Stephen Ward, ostéopathe à qui ses talents valent l’affection de nombreux notables, partage ses loisirs entre réceptions mondaines et parties fines… Lorsqu’il croise Christine, une jeune danseuse ambitieuse, il en devient le Pygmalion, lui faisant rencontrer des hommes aussi importants (et sensibles à son charme) qu’un espion russe ou encore le ministre de la Guerre anglais… L’affaire Profumo, du nim du minsitre en question, avec ses relents d’espionnage international et de coucheries mondaines, fut le plus grand scandale de la société anglaise des sixties.

Notre avis : Attention ! Aire Libre nous convie une nouvelle fois à une oeuvre de grande qualité. Hyman et Fromental reviennent sur LE  scandale politico-sexuel qui défraya les chroniques anglaises au début des années 1960. Depuis la série Mad Men, la fascination pour cette décennie du siècle passé reste vive. C’est déglingué de manière élégante ! Les auteurs nous plongent dans cette ambiance peu morale qui touche les plus hautes sphères du pouvoir en passant par de l’espionnage soviétique. Les dessins sont simplement sublimes. Ceux qui avait pris plaisir à se plonger dans l’adaptation du magnifique roman de James Ellroy Le Daliah noir en BD reconnaîtront la patte de Hyman.

©Dupuis
CIM Internet