Paris Match Belgique

Christine Bravo raconte avoir subi une tentative de viol à TF1

christine bravo

Christine Bravo en septembre dernier à Paris. | © MAXPPP

Médias

Christine Bravo a révélé avoir été victime de trois tentatives de viol au cours de sa carrière télévisuelle.

Pendant plus d’une décennie, Christine Bravo a été l’une des animatrices phares du petit écran. Elle a parlé aux femmes entre 1990 et 1992 dans « Frou-Frou », fait découvrir les coutumes des pays de l’Union européenne dans « Union libre » (1998-2002). A l’occasion du documentaire de C8 « La télé de Bravo » qui lui est consacré, l’animatrice est revenue sur sa carrière dans une interview accordée à Télé Loisirs. Elle a notamment révélé avoir subi trois tentatives de viol au cours de sa carrière, « dont une à TF1 il y a 25 ans ». « Un homme, dont je ne donnerai jamais le nom, m’a enfermée dans son bureau et arraché mon soutien-gorge. J’ai hurlé, ça m’a sauvée. Mais les gens avaient la tête baissée quand j’ai pu sortir. Il n’y avait aucune solidarité envers les femmes à l’époque. Ce genre d’incident était monnaie courante », affirme-t-elle avant d’expliquer pourquoi elle n’a jamais dénoncé son agresseur. « Si le harceleur est décédé, ses enfants n’ont pas à le savoir. S’il est toujours vivant, il y a prescription et, en plus, on risque de se faire attaquer en diffamation. Alors, j’estime que le coup de genou que je lui ai asséné ce jour-là dans les parties génitales m’a remboursée. Je n’ai pas été une vraie victime », complète-t-elle tout en encourageant les femmes à dénoncer leurs agresseurs à la police « plutôt que sur Internet », en référence au mouvement #balancetonporc.

Lire aussi > Natalie Portman : Sa première lettre de fan écrite par un homme qui rêvait de la violer

La difficulté de vieillir à la télé pour les femmes

Celle qui est désormais animatrice sur Chérie 25 s’est aussi confiée sur les difficultés rencontrées par les femmes dans le milieu de la télé. « Les hommes peuvent vieillir à la télé, c’est plus dur pour les femmes. Ceux qui ont commencé il y a 30 ans, en même temps que moi, ils sont toujours là. Ils n’ont pas été remplacés par des femmes. Et moi, je n’y suis plus. Il ne faut pas me raconter qu’il y a plein de femmes à la télé. Il y a une défiance encore vis-à-vis d’elles, en tout cas quand elles ne sont pas journalistes, estime-t-elle. C’est loin d’être gagné ».

Mots-clés:
viol Christine bravo
CIM Internet