Paris Match Belgique

Robot, drone, bracelet électronique : Disney se conjugue au futur

Une plateforme streaming serait prête pour l'automne 2019. | © Pexels

Médias

De la création de parcs d’attraction en passant par l’utilisation d’images 3D, Disney s’adapte continuellement aux demandes de l’époque. À venir, une plateforme SVOD.

Si la multinationale américaine doit son succès majoritairement à ses films d’animation et ses parcs d’attraction, Disney n’est pas en reste quant aux nouvelles technologies. Chaque année, la société de divertissement étend son influence dans divers domaines. Elle emploie notamment de nombreux ingénieurs et développe même des applications mobile et des jeux vidéo. Et quand elle ne crée pas elle-même, la multinationale encourage de jeunes entreprises à mettre la main à la pâte grâce à son accélérateur de start-up, le Disney Accelerator. À travers cet incubateur, Disney parraine chaque année dix entreprises dans le domaine du divertissement et des médias.

Des drones et des robots

La société met tout en oeuvre afin d’émerveiller les petits comme les grands. Et pour cela, rien de tel qu’un zeste de poussière de fée et un peu de magie pour faire décoller des drones. Disney est en effet propriétaire d’une centaine de brevets technologiques, dont un que la société a acquis afin d’autoriser l’utilisation de drones dans les parcs. Ainsi, en novembre 2016, une performance musicale et lumineuse a été imaginée à l’aide de ces engins volants. Le spectacle, « the Starbright Holidays drone show at Disney Springs », met en scène quelques drones qui volent en formation, au rythme de chants de Noël.

Une technologie de pointe pour mieux comprendre ses clients

La firme de Mickey ne s’arrête pas là… Si la création de nouveaux films et spectacles reste importante, Disney se doit d’analyser le comportement de ses clients afin de pouvoir en tirer profit et améliorer l’expérience vécue par ces derniers. C’est l’une des raisons qui a poussé l’industrie a investir un milliard de dollars dans des bracelets connectés à l’effigie de Mickey Mouse. Le système MyMagic+ propose aux visiteurs des parcs à thème de Disney World, à Orlando, un suivi des plus précis.

Lire aussi > Quarante ans après Mickey Mouse, Minnie a enfin son étoile à Hollywood

De nombreuses données sur la consommation des visiteurs sont récoltées : l’entreprise peut alors savoir dans quels restaurants ou magasins le client s’est rendu le plus souvent, ou pour quelles attractions le visiteur a fait le plus longtemps la file. Ces bracelets servent également de clé dans les hôtels du parc, mais aussi de ticket pour entrer et sortir de celui-ci. Une technologie qui facilite la visite des clients, mais aussi leur profilage pour l’entreprise.

En 2019, un nouveau site de streaming ?

Il n’y a pas que dans les parcs que les changements s’effectuent. Les productions télévisuelles ont aussi leur lot d’adaptations. Disney a ainsi changé sa méthode d’animation pour passer des dessins 2D aux dessins 3D, donnant aux personnages une présence plus importante. L’animation assistée par ordinateur a contribué à la création de belles oeuvres, puisqu’elle facilite le travail des dessinateurs. C’est avec Toy Story (1995) que l’animation 3D fait son apparition.

Outre les transformations visuelles, Disney prévoit la création d’une plateforme SVOD (service de vidéo à la demande) en 2019. Un changement qui s’effectue à l’heure où les consommateurs américains préfèrent s’abonner à des sites de streaming comme Netflix ou Hulu, plutôt qu’au câble. La plateforme est attendue aux États-Unis à l’automne 2019, avec comme objectif de proposer aux abonnés quatre à cinq films originaux et autant de séries télévisées inédites par an.

Lire aussi > Un Disneyland pour gastronomes va ouvrir en Italie

Pour cela, Disney ira puiser dans son catalogue déjà bien fourni mais comptera également sur les productions de ses filiales, comme Pixar ou Marvel. En ce qui concerne les productions Marvel déjà publiées sur Netflix, comme Iron Fist ou Daredevil, la firme rassure : ils resteront également accessibles sur la plateforme d’origine. Parmi les films à venir qui seront disponibles sur le service, on peut penser à Noelle avec Anna Kendrick en fille du Père-Noël, la comédie familiale Magic Camp ou encore Stargirl, une adaptation de The Paper Magician, trilogie de Charlie N. Holmberg sur des apprentis sorciers. En ce qui concerne les séries, Disney envisage notamment de produire un spin-off de High School Musical ainsi qu’une série tirée de l’univers de Star Wars.

Pour ce qui est du prix de l’abonnement, Disney n’a encore rien communiqué à ce sujet. En attendant, la firme prévoit de faire ses débuts dans la SVOD dès ce printemps avec ESPN Plus, un service de streaming spécialisé dans le sport.

CIM Internet