Paris Match Belgique

« Bad News », un jeu pour devenir le roi de la fake news

bad news

Un jeu éducatif et prometteur. | © Bad News

Médias

Intitulé « Bad News », ce jeu en ligne créé pars des chercheurs britanniques permet de se mettre dans la peau d’un créateur de fake news, pour apprendre à mieux repérer la désinformation et ses techniques. 

Diffuser des théories conspirationnistes sur la forme de la Terre et les médias mainstream, se faire passer pour Donald Trump sur Twitter et annoncer une guerre contre la Corée du Nord, créer un média fictif intitulé « Best Words »… Le nouveau jeu en ligne « Bad News » présente tout un tas de stratégies pour se mettre dans la peau d’un créateur de fake news. Lancé mardi par des chercheurs de l’Université de Cambridge, le jeu disponible gratuitement invite les futurs roi de la désinformation à diffuser de fausses informations, pour gagner des followers tout en gardant une certaine crédibilité.

Lire aussi > Donald Trump : « Et les gagnants des fake news sont… »

Un jeu éducatif

En révélant au grand jour et de manière ludique ces pratiques douteuses, les créateurs de « Bad News » espèrent que leur jeu va « vacciner » le public, et rendre les gens immunisés à la propagation de mensonges. « Si vous vous mettez à la place d’une personne qui essaie de vous tromper, cela devrait accroître votre capacité à repérer et à résister à ses techniques », a expliqué dans un communiqué Sander van del Linden, directeur d’un laboratoire de recherche à l’Université de Cambridge. « Nous voulons aider à développer des ‘anticorps mentaux’ pour s’immuniser face à la diffusion rapide des fausses informations », a-t-il ajouté. 

À chaque stratégie maîtrisée, le joueur est récompensé par un badge, comme celui de l’imitation. Au total, il en existe six et chacun apporte son lot d’astuces. Un conseil important : jouer sur les émotions des lecteurs.

Décrédibiliser les fausses informations

D’après le journal britannique Standard, les chercheurs ont mené une expérimentation sur moins de cent étudiants hollandais, avec notamment une version papier de leur jeu à propos de la crise des réfugiés. Résultat : « les adolescents qui s’étaient familiarisés avec les techniques de désinformation accordaient moins de crédibilité aux fausses informations ». Un résultat « limité mais prometteur », selon les créateurs. Le journal ajoute que ces derniers souhaiteraient étendre le concept de leur jeu pour lutter contre la radicalisation en ligne. Elle s’appuierait en effet sur « des techniques de manipulation identiques : provoquer par exemple des émotions intenses à partir de fausses informations ».

Mots-clés:
fake news jeu bad news
CIM Internet