Paris Match Belgique

Laurent Wauquiez porte plainte contre Quotidien : la réponse de Yann Barthès

yann barthès

Yann Barthès. | © TF1

Médias

Yann Barthès a répondu à Laurent Wauquiez après que ce celui-ci a fait savoir qu’il porterait plainte contre « Quotidien » et saisirait le CSA. 

« Des méthodes de voyous ». C’est en ces termes que Laurent Wauquiez a qualifié le mode opératoire de l’émission « Quotidien » qui a diffusé ses déclarations prononcées devant des étudiants lyonnais. Le président des Républicains a affirmé mardi sur BFMTV qu’il assumait ses propos polémiques, à l’exception de ceux prononcés sur Nicolas Sarkozy, et qu’il allait portait plainte contre l’émission de TMC et saisir le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel. Quelques minutes après ses déclarations, Yann Barthès lui a répondu sur son plateau. L’animateur considère que cette plainte « est une très bonne chose ». « On préfère nettement être jugés par la justice que par Laurent Wauquiez, ça s’appelle l’Etat de droit. Laurent Wauquiez nous traite de « voyous » avant tout jugement mais rappelons encore une fois que nous avons diffusé des propos devant un public et sur des sujets politiques », a-t-il lancé.

Laurent Wauquiez a encore considéré que « Quotidien » « s’était livré à une manipulation », et lui avait tendu « une embuscade ». « Il n’a pas fait un travail d’enquête, il a contacté les élèves en amont, il a manipulé l’un d’entre eux pour le convaincre d’enregistrer ces propos dans mon dos et à mon insu, pour ensuite en sortir ces extraits, dans une rupture totale du contrat de confiance », a-t-il poursuivi. Des accusations que Yann Barthès a balayé en affirmant que « Quotidien » « avait toujours été respectueux de la vie privée », avant de poursuivre : « Sauf que dans ce cas, il s’agit d’une parole publique, d’un homme public face à un public et qui évoquait des sujets politiques et donc s’il y a un procès il va être passionnant, parce que ce sont des sujets passionnants », a conclu le présentateur.

Petit rappel des faits par Paris Match : Dans l’enregistrement, diffusé vendredi soir sur TMC, Laurent Wauquiez accuse notamment Nicolas Sarkozy d’avoir écouté les portables des membres de son gouvernement lors des Conseils des ministres, ou l’actuel président français Emmanuel Macron, qui lui aurait piqué le look en chemise, d’avoir mis en place une « cellule de démolition » de François Fillon durant la campagne. Le nouveau chef des Républicains pronostique aussi un départ rapide du gouvernement de Gérald Darmanin, ministre des Comptes publics, ex-Républicain, dont la plainte pour viol qui le visait vient d’être classée sans suite, mais qui doit encore faire face à une enquête pour abus de faiblesse.

CIM Internet