Paris Match Belgique

ONPC : Christine Angot raconte comment elle gère les critiques

christine angot

Christine Angot sur le plateau d'"On n'est pas couché". | © MAXPPP

Médias

Invitée de Marc-Olivier Fogiel sur RTL mercredi, Christine Angot a expliqué comment elle gérait les critiques dont elle fait l’objet depuis qu’elle est chroniqueuse à « On n’est pas couché ». 

Il se passe rarement une semaine sans qu’un coup de gueule de Christine Angot à « On n’est pas couché » soit repris dans les médias. Depuis ses débuts dans l’émission de France 2, la comparse de Yann Moix divise l’opinion et ne fait pas l’unanimité auprès des internautes. Invitée sur RTL mercredi, l’écrivaine a expliqué comment elle gérait les critiques. « Je me protège beaucoup. Je ne vais jamais sur les réseaux sociaux, je ne tape jamais « Christine Angot » dans Google. Moi, j’ai envie d’être libre. J’ai pas envie de parler en fonction de ce qui pourrait se dire », a-t-elle déclaré.

Marc-Olivier Fogiel a ensuite cherché à savoir si elle était heurtée par ce qu’il se disait de temps en temps sur le plateau de Laurent Ruquier, en évoquant son échange tendu avec l’avocat Eric Dupont-Moretti de samedi après lequel elle a quitté le plateau. « Je ne regarde pas trop ce qu’il se passe », a-t-elle répondu avant de nuancer : « Quand je suis en direct sur le plateau, ce n’est pas du tout agréable (…) Bien sûr que c’est très violent ».

Lire aussi > ONPC : « L’embrouille » coupée au montage entre Christine Angot et Laurent Baffie

Son avenir dans « ONPC »

« Cela ne vous décourage pas ? », a-t-il enchaîné. « Peut-être que si », a répondu Christine Angot. « J’essaye de faire les choses de la manière la plus juste par rapport à ce que je ressens », a-t-elle encore affirmé. Quant à son avenir à « On n’est pas couché », elle « n’a pas de date précise » pour arrêter l’émission. « Je ne ferais pas quelque chose qui m’est insupportable ». Elle a encore estimé que les gens comprenaient parfois mal ce qu’elle essayait de dire dans l’émission. « Je n’ai pas les armes journalistiques de la neutralité », a-t-elle fait valoir avant de conclure avec malice : « Parfois, il faut être de mauvaise foi pour faire comme si on ne comprenait pas ».

Mots-clés:
ONPC Christine Angot
CIM Internet