« On n’est pas des pigeons » : Benjamin Maréchal remplace Sébastien Nollevaux

« On n’est pas des pigeons » : Benjamin Maréchal remplace Sébastien Nollevaux

Benjamin Maréchal. | © BELGA PHOTO VIRGINIE LEFOUR

Médias

L’arrivée du trublion Benjamin Maréchal, suite au départ de Sébastien Nollevaux à la présentation de « On n’est pas des pigeons », s’accompagne d’une remise à neuf de l’émission.

 

Benjamin Maréchal sera aux commandes de l’émission « On n’est pas des pigeons » dès la rentrée, indique la RTBF. Sébastien Nollevaux, qui présentait l’émission de consommation depuis ses débuts en 2011, a annoncé vendredi qu’il quittait son poste pour devenir producteur info, toujours au sein du service public. L’arrivée du trublion Benjamin Maréchal s’accompagne d’une remise à neuf de l’émission.

Pour sa huitième saison, « On n’est pas des pigeons » s’offrira un nouveau décor mais surtout un nouveau présentateur, en la personne de Benjamin Maréchal. L’émission de consommation « s’annonce toujours plus corrosive, plus mordante, tout aus si diver tissante et plus que jamais réactive à l’actualité », annonce la RTBF dans un communiqué.

L’émission quittera notamment régulièrement son studio pour des émissions en direct en Wallonie et à Bruxelles. La nouvelle formule sera à découvrir le 27 août sur Vivacité et le 3 septembre sur La Une.

Présentateur favori

Benjamin Maréchal a fait partie de l’équipe des Pigeons pendant plusieurs années. « Très réactif par rapport à l’actualité et sans langue de bois, Benjamin a été choisi » pour remplacer Sébastien Nollevaux, qui s’en va vers d’autres cieux.

Lire aussi > Benjamin Maréchal quitte « C’est vous qui le dites »

M. Maréchal avait quitté la présentation de l’émission radio « C’est vous qui le dites ! » en janvier dernier à la suite d’une polémique suscitée par une question posée aux auditeurs, qui étaient invités à réagir aux propos tenus à l’époque par l’ex-actrice porno française Brigitte Lahaie. « On peut jouir lors d’un viol », avait-elle déclaré sur BFMTV, avant de s’excuser. « Vous lui répondez quoi? « , avait demandé l’animateur de Vivacité à ses auditeurs. Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) avait ouvert une instruction conjointe avec le Conseil de déontologie journalistique (CDJ).

 

– Avec Belga

CIM Internet