Paris Match Belgique

Ces applications qui cartonnent chez les Chinois

Le business des applications chinoises ne cesse de croître. | © Meitu

Médias

En Chine, il est impossible de se connecter à Facebook, Instagram, Twitter, Snapchat ou encore à Google en raison d’un grand pare-feu organisé par le gouvernement. En réponse, les développeurs chinois proposent des alternatives aux géants des réseaux sociaux, si bien installés dans nos mobiles. Et avec environ 520 millions d’utilisateurs, le marché des applications « Made in China  » explose littéralement.

En 2016, trois marques de smartphones chinois, OPPO, Huawei et Vivo, ont supplanté Apple du côté de la grande République. Censure d’Internet oblige, les télécoms asiatiques ont également développé un business unique et distinctif. Petit tour d’horizon des applications et plateformes essentielles aux Chinois.

Lire aussi : Pays-Bas : des trottoirs lumineux pour distraire les piétons de leur smartphone

WeChat (Weixin) – le whatsapp chinois

©Belga – WeChat

À l’origine, WeChat était l’atler-ego du Whatsapp européen. Mais dès 2013, l’outil s’est démarqué. En plus de pouvoir envoyer des messages, des images, et d’appeler, il permet également de commander un taxi, de réserver une table, de faire ses courses, ou encore de payer une facture. C’est en quelque sorte l’application à tout faire, « le couteau suisse de l’ère du smartphone », selon le Financial Times. Avec 864 millions d’utilisateurs, WeChat est l’application la plus utilisée en Chine. Populaire et vénérée, les chinois y consacrent environ 30 % du temps qu’ils passent connectés.

Weibo, le concurrent de l’oiseau bleu

Partager, diffuser, obtenir des informations, c’est tout ce que propose Weibo. Site de microblogging, comme Twitter, cette application favorise la création de contenus courts sur la toile. Ce sont principalement les marques qui utilisent Weibo en créant des pages présentant leurs produits et leurs offres. En novembre dernier, elle rassemblait 297 millions d’utilisateurs contre 317 millions pour l’oiseau bleu. En pleine essor, l’app’ a battu en Bourse son jumeau américain le 14 février 2017.

Alibaba, le géant asiatique

Le succès de la plateforme n’est plus un secret : présidé par le milliardaire Jack Ma, Alibaba représente la plus grosse entreprise d’e-commerce du monde. Son succès ? La pépite chinoise de vente et de paiement en ligne est rapide et efficace. De plus, Alibaba fournit des services principalement pour les petites entreprises et les particuliers. Des perspectives qui permettent d’offrir une gamme large et variée de produits pour les consommateurs. La stratégie du site est de remettre sans cesse en cause les moyens traditionnels de faire des transactions et de chercher de nouvelles possibilités en fonction des besoins des clients.

©AFP PHOTO / FABRICE COFFRINI – Jack Ma, créateur d’Alibaba

Les vélos connectés

Le marché du vélo est en pleine expansion sur les applications chinoises. Le concept est simple : scanner le QR-Code d’un vélo disponible pour l’utiliser, rescanner pour verrouiller, et bien sûr, payer grâce à son smartphone via Alipay ou WeChat. L‘acteur phare du moment est Mobike, suivi d’Ofo (soutenu par Didi Chuxing, la plus grande plateforme de taxi en Chine). L’atout de ces vélos mobiles ? Ils peuvent être laissés n’importe où, pas besoin de disposer d’une station de verrouillage, à l’inverse de nos Villo! bruxellois.

Lire aussi : L’arrivée du paiement sans contact ou la promesse d’une révolution

Meitu, embellir son selfie

Baptisée « Belle Image » (en français), l’application permet de retoucher son autoportrait. À la différence de Snapchat et d’Instagram qui proposent de simples filtres, Meitu crée un véritable maquillage virtuel. Utilisé par 450 millions de Chinois et valorisé à 5,8 milliards de dollars, c’est une sorte de bistouri du net. De quoi rendre les Chinois encore plus accros aux selfies…

CIM Internet