Paris Match Belgique

Clash avec Eric Zemmour : Hapsatou Sy diffuse les images coupées et menace Ardisson

hapsatou sy

Hapsatou Sy en juin 2018 à Paris. | © Aurore Marechal/ABACAPRESS.COM

Médias

C8 avait choisi de ne pas diffuser un échange entre Hapsatou Sy et Eric Zemmour dimanche dans « Les Terriens du dimanche ». La chroniqueuse qui se dit « éprouvée » par les propos tenus par le polémiste à son encontre a décidé de montrer la séquence coupée au montage sur son compte Instagram.

Hapsatou Sy a été claire. Face à Eric Zemmour, elle « ira jusqu’au bout quelques soient les conséquences ». La chroniqueuse des « Terriens du dimanche » a fait savoir dimanche sur Twitter qu’elle réfléchissait à porter plainte contre le polémiste et à quitter l’émission de C8 après, écrivait-elle, avoir « subi des insultes graves » de la part d’Eric Zemmour dans une séquence de l’émission de Thierry Ardisson coupée au montage.

Mardi, l’entrepreneuse est allée plus loin en diffusant sur son compte Instagram un des extraits qui n’a pas été diffusé dimanche. Ce soir-là, Eric Zemmour, qui estime que les Français devraient porter des prénoms issus du calendrier chrétien, a lancé à Hapsatou Sy que sa mère avait eu tort de la nommer ainsi, ajoutant que « Corinne » aurait été un prénom plus approprié selon lui. « Jamais je n’ai entendu quelque chose d’aussi blessant parce que pour moi, qui aime ma France et ce pays que ça vous plaise ou vous déplaise, je trouve que ce que vous venez de dire n’est pas une insulte à mon égard, c’est une insulte à la France », a répliqué la chroniqueuse dans la séquence non diffusée. « C’est votre prénom qui est une insulte à la France parce que la France n’est pas une terre vierge, c’est une terre avec une histoire et un passé, lui a répondu Eric Zemmour. Les prénoms incarnent l’histoire de la France, votre prénom n’est pas dans l’histoire de la France ». L’ancien chroniqueur de « On n’est pas couché », a également ajouté que Hapsatou Sy était « le présent de la France ». « Vous n’êtes pas dans l’histoire de la France », a-t-il encore martelé.

« Je ne peux pas accepter le fait qu’Eric Zemmour soit parti du plateau en ricanant, en me regardant impunément comme si rien ne s’était passé alors qu’il venait de m’insulter comme jamais j’ai été insultée…Je n’ai pas d’autre choix que de diffuser les images parce qu’encore hier, Eric Zemmour se pavanait à la télévision en disant « Je n’ai pas dit ça ». Vous l’avez dit Monsieur Zemmour, je n’oublierai pas que vous me l’avez dit donc je vais diffuser les images et après il n’y aura plus de discussion », a-t-elle déclaré dans une vidéo qui explique son choix de montrer ses images à ses abonnés. Un geste qui pourrait lui faire « perdre son boulot ». « Et comme tout le monde, j’ai besoin de bosser, j’ai besoin de payer mes charges mais je le fais parce qu’il est hors de question que Monsieur Zemmour continue ».

Lire aussi > La polémique « Omar Sy- Éric Zemmour » pousse l’acteur à fuir les médias

Ardisson tacle sa chroniqueuse, celle-ci hausse le ton

Thierry Ardisson n’a pas vraiment défendu sa chroniqueuse dans cette affaire, lui reprochant de « s’étaler sur Twitter pour faire un bad buzz qui est complètement nul », a-t-il dit sur le plateau de Jean-Marc Morandini mardi. L’homme en noir a également souligné que la jeune femme n’avait pas respecté son « devoir de réserve ». « Elle a un contrat qui précise que ce qu’il se passe [dans l’émission] doit être confidentiel », a ajouté celui qui a également évoqué à l’antenne de « Morandini Live » les « problèmes d’argent » de sa chroniqueuse qui pense à quitter son émission. Sur son possible départ justement, Thierry Ardisson a expliqué qu’elle pourrait revenir seulement si elle avait « un bon esprit ». « Si elle revient pour nous faire des scènes comme ça tous les jours, je ne souhaite pas qu’elle revienne, c’est très clair », a-t-il conclu.

Peu après cette intervention de Thierry Ardisson, Hapsatou Sy a menacé son employeur : « Thierry Ardisson, à ce jeu-là, tu vas perdre. Je n’aime pas le mensonge C8. Là, c’est une bombe que je vais lâcher ! Je n’ai pas peur », a-t-elle écrit.

CIM Internet