Paris Match Belgique

Philippe Gildas est mort à 82 ans

Philippe Gildas

Philippe Gildas est notamment connu pour avoir été de 1987 à 1997 l’animateur vedette de l’émission « Nulle part ailleurs » sur Canal+ | © Archives Belga

Médias

L’animateur de télévision et de radio mythique Philippe Gildas est mort à 82 ans dans la nuit de samedi à dimanche des suites d’un cancer.

Après une carrière à la radio et à la télévision, Philippe Gildas est notamment connu pour avoir été de 1987 à 1997 l’animateur vedette de l’émission « Nulle part ailleurs » sur Canal+. Il a fondé la chaîne de télévision Vivolta. D’après des informations de Europe 1 – où Gildas avait fait un long passage – confirmées à l’AFP par son grand ami Antoine De Caunes, il est mort à 82 ans dans la nuit de samedi à dimanche des suites d’un cancer.

Grand monsieur

Si l‘Internet se rappelle surtout de sa présence sur « Nulle part ailleurs », Philippe Gilas a marqué tous les médias par lesquels il est passé avant cela, notamment Europe 1 où il rencontrera son épouse Maryse Gildas. Un parcours qui, pour Le Monde, « illustre la mutation qu’ont connue les médias au cours des cinquante dernières années ainsi que les relations étroites et mouvantes entre le politique et l’audiovisuel, tant public que privé ».

En effet, Philippe Gildas, qui ne « se prenait jamais au sérieux », se sera vu confier la rédaction des trois plus importantes stations de radio, RTL, Inter et Europe 1, aura présenté le journal télévisé au temps de l’ORTF d’après Mai-68, avant de devenir une figure emblématique de la première chaîne privée à péage du paysage audiovisuel français, Canal+.

« Une grande voix et l’infatigable inventeur de la radio moderne« , rappellera Laurent Guimier sur Twitter ce dimanche matin. Le 24 février 2010, Philippe Gildas avait publié son autobiographie, Comment réussir à la télévision quand on est petit, breton, avec de grandes oreilles ? coécrit avec Gilles Verlant, biographe de Serge Gainsbourg et qui a longuement collaboré avec Philippe Gildas sur Canal+. Aujourd’hui, les médias pleurent le départ d’un grand monsieur.

CIM Internet