Paris Match Belgique

Charline Vanhoenacker se moque de Frédéric Beigbeder et de sa chronique ratée

Charline Vanhoenacker frederic beigbeder

La Belge la plus drôle de France Inter était en forme ce lundi matin. | © LE PARISIEN / Olivier Corsan.

Médias

Un petit tacle qui n’est pas passé inaperçu.

Charline Vanhoenacker n’y est pas allée de main morte dans sa chronique matinale ce lundi sur les ondes de France Inter, et se paye Frédéric Beigbeder. Ce dernier s’était auto-saboté vendredi dernier lors de l’une des pires chroniques de l’histoire de la radio. Laurence Bloch, la directrice de France Inter, avait annoncé suite au vide intersidéral de ce billet que l’écrivain français quittait la matinale de la station du service public. « C’est vrai que c’était pas terrible et je me suis dit qu’il valait mieux qu’on arrête », a confié le principal intéressé dans les colonnes du Parisien ce matin, qui précise ne pas pour autant quitter les ondes de manière définitive : « Je participe toujours au ‘Masque et la Plume’ et on va réfléchir à d’autres idées. »

Lire aussi > Frédéric Beigbeder quitte France Inter après une chronique gênante

Une chronique gratinée

Charline Vanhoenacker a puisé son inspiration dans la sortie ratée de l’écrivain pour livrer une chronique hilarante, comme à son habitude. « Je suis sortie en boîte samedi soir dans un endroit appelé ‘Le Medellin’ et j’ai retrouvé la chronique que Beigbeder avait perdue pour jeudi matin », a débuté la comique. Avant de continuer : « Je vous lis le texte. Page 3. ‘Les gilets jaunes sont là tels des petits grains de maïs prêts à exploser comme du popcorn’. Vous voyez que c’était brillant ! ». Elle a poursuivi en lisant le faux billet : « Il faut aussi comprendre que… Tatiana 06.64.43.25.65. Non, ça, il a dû rajouter par-dessus. »

« Après, je n’arrive plus à lire. Divers fluides ont masqué la plupart du billet qui s’achève par ‘l’essence, ce n’est pas super’. ‘Super’ souligné trois fois. Bon, c’était sans doute un premier jet. Enfin, un premier ‘Get27′ », a blagué Charline Vanhoenacker, ajoutant : « C’est donc sur ces mots que l’oeuvre matinale de Frédéric Beigbeder demeure inachevée. Bon bah, là, il nous reste une minute jusqu’à 8h. Qu’est-ce qu’on fait ? ». Après quelques secondes de silence, l’humoriste a tout de même repris la parole pour conclure l’hypothétique chronique sur les gilets jaunes de Frédéric Beigbeder. Un régal.

CIM Internet