Fallait-il suspendre Emmanuelle Praet de RTL-TVI ?

Fallait-il suspendre Emmanuelle Praet de RTL-TVI ?

Emmanuelle Praet

Ce lundi, Francken a lancé un hashtag en soutien à la chroniqueuse #JesuisEmmanuellePraet, invitant ses followers à "partager s'ils approuvaient".  | © Capture d'écran RTL-TVI

Médias

La décision prise par RTL-TVI d’écarter sa chroniqueuse Emmanuelle Praet après de nouveaux propos polémiques sur le plateau de « C’est pas tous les jours dimanche » ne fait pas l’unanimité, plusieurs élus de droite, Theo Francken en tête, la dénonçant sur Twitter.

Dimanche, Emmanuelle Praet avait interpellé les représentants des gilets jaunes présents sur le plateau de l’émission, leur reprochant d’avoir « toujours voté pour les mêmes en Wallonie » et les enjoignant à « réfléchir un peu » avant de glisser leur bulletin dans l’urne lors des prochaines élections alors que « toutes les taxes que vous dénoncez sont des taxes environnementales ».

Des propos dénoncés dès dimanche midi par la co-présidente d’Ecolo Zakhia Khattabi et par ailleurs qualifiés d' »outranciers » par la direction de la chaîne privée qui a dès lors suspendu à titre conservatoire, tant en télé qu’en radio, la chroniqueuse. Une décision qui ne fait pas l’unanimité dans le monde politique, plusieurs élus la dénonçant vertement sur les réseaux sociaux.

Lire aussi > Viol conjugal banalisé : Après la polémique, Fun Radio explique son sondage

« Mauvais signal »

Dimanche soir, c’est le secrétaire d’Etat Theo Francken (N-VA) qui a ouvert le feu. « Le duo présidentiel écologiste Nollet-Khattabi a demandé la démission d’Emmanuelle Praet, parce qu’elle a déclaré que les gilets jaunes devaient mieux réfléchir avant d’aller voter car ces augmentations de carburant sont des exigences écologiques. Ils ont obtenu son scalp sur le plateau de RTL », a-t-il ainsi tweeté, ajoutant : « des présidents de parti exigeant la démission d’un commentateur politique, journaliste. J’ai peur de ces verts. Et je suis choqué que RTL se mette ainsi à genoux ».

Ce lundi, Francken lancait également un tweet #JesuisEmmanuellePraet, invitant ses followers à « partager s’ils approuvaient ».

En Flandre toujours, la présidente de l’Open Vld, Gwendolyn Rutten, a elle aussi apporté son soutien à Emmanuelle Praet, estimant que la décision de RTL constitue un « mauvais signal » : « Chaque politicien entend et lit des analyses sur lui-même, sur l’idéologie de son parti, qui sont fausses ou contraires à ce qu’il pense. Faire avec ça fait partie de la démocratie libérale. Si l’on est pas d’accord, on demande un droit de réponse. Pas de suspension », a-t-elle écrit sur le réseau social.

Lire aussi > Patrick Sébastien fait polémique à propos de #MeToo

En Belgique francophone, c’est le MR qui est monté au créneau, plusieurs élus libéraux, dont David Clarinval, Marion Lemesre ou Eric Sax prenant fait et cause pour la chroniqueuse. « Total soutien à @EmmanuellePraet qui a juste fait son rôle de chroniqueuse qui n’est pas le même que celui de journaliste. La décision de @RTLTVI est incompréhensible quand on connaît les prises de position des autres chroniqueurs, sans que cela ne génère de réaction », a pour sa part réagi le Montois Georges-Louis Bouchez.

Quant au ministre de l’Agriculture et des Indépendants, Denis Ducarme, il a regretté une décision « qui va dans le sens d’un nivellement par le bas du débat et d’une pensée unique un peu molle ». « Je suis un défenseur de la liberté d’expression. Beaumarchais avait raison : ‘Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur‘ », a-t-il tweeté.

Avec Belga 

CIM Internet