Paris Match Belgique

Venezuela : Un journaliste de « Quotidien » parle de ses conditions de détention

venezuela

Des Vénézuéliens manifestent au Costa Rica. | © Ezequiel BECERRA / AFP

Médias

Le journaliste de « Quotidien » Baptiste des Monstiers est revenu sur son arrestation au Venezuela, affirmant avoir été « menotté » durant tout le temps de sa détention.

D’après un article Paris Match France par La Rédaction

Durant trois jours, Baptiste des Monstiers et Pierre Caillé ont été retenus au Venezuela. Les deux journalistes de « Quotidien » ont été arrêtés mardi 29 janvier alors qu’ils filmaient le palais présidentiel de Caracas. Ils ont été relâchés jeudi avant d’être expulsés du pays secoué par une crise politique, quelques heures après que la France a « exigé » leur libération.

Lire aussi > Les deux journalistes de « Quotidien » arrêtés au Venezuela ont été libérés

Dimanche, l’un des journalistes de Yann Barthès a donné des détails sur leurs conditions de détention. Il a partagé une vidéo du président Nicolas Maduro dans laquelle il affirme notamment qu’il n’y a pas d’arrestation de journalistes dans son pays alors que la communauté internationale a regretté l’arrestation de plusieurs journalistes internationaux sur le sol vénézuélien ces derniers jours. Baptiste des Monstiers lui a répondu sur Twitter. « Maduro dans une interview explique qu’il n’y a pas de détention de journalistes, juste des contrôles dont nous ferions un ‘scandale’. Avec Pierre Caillé nous avons été menottés près de 3 jours et deux nuits y compris la nuit. Juste un contrôle… », a-t-il ironisé dans son message.

Le Venezuela traverse une grave crise politique depuis que Juan Guaido, leader de l’opposition, s’est autoproclamé président intérimaire du pays le 23 janvier, en expliquant que la réélection du président Maduro était illégitime. Il estime qu’il a, en tant que président de l’Assemblée nationale, la responsabilité d’organiser des élections libres. Il a été reconnu comme président par les Etats-Unis et plusieurs pays d’Amérique latine et, jeudi, par le Parlement européen.

CIM Internet