Homophobie : En larmes, Matthieu Delormeau livre un poignant témoignage

Homophobie : En larmes, Matthieu Delormeau livre un poignant témoignage

matthieu delormeau

Le chroniqueur a confié qu'il portait une arme sur lui à cause de la peur qu'il ressent « tout le temps ». | © Instagram : mdelormeau

Médias

Matthieu Delormeau a fondu en larmes mercredi sur le plateau de « Touche pas à mon poste » en évoquant l’homophobie dont il est victime. 

D’après un article Paris Match France de La Rédaction

Cyril Hanouna recevait mercredi soir à « Touche pas à mon poste » Lyes Alouane, militant de Stop Homophobie qui avait participé à un numéro d’« Envoyé Spécial », diffusé le 7 février dernier. Le jeune homme montrait la difficulté pour un homosexuel de vivre en banlieue parisienne, où il était insulté quotidiennement. Une séquence, où on le voit se faire frapper devant les caméras de France 2 avait fait réagir sur les réseaux sociaux. Mercredi, l’animateur de C8 et ses chroniqueurs ont débattu sur la légitimité de la diffusion de cette scène violente dans l’émission de reportages. Autour de la table, Matthieu Delormeau s’est déclaré « très ému » par ces images. « Ça n’arrive pas qu’à Gennevilliers, moi ça m’est arrivé il y a trois jours à Châtelet [quartier de Paris, ndlr]. Ils m’ont suivi à deux en me traitant de « PD PD » et vous sentez que quelqu’un marche derrière vous et vous vous dîtes juste ‘Comment ça va se terminer ?’ Ça se termine par : ils ont fini par se retourner et partir », a-t-il raconté les yeux rougis par les larmes.

Matthieu Delormeau vit désormais armé

Le chroniqueur a ensuite confié qu’il portait une arme sur lui à cause de la peur qu’il ressent « tout le temps ». « Je pensais pas que ça arriverait un jour. Je pensais pas qu’un jour j’aurais une arme à la ceinture du matin au soir comme un flic ou comme un délinquant (…) Maintenant quand on demande l’heure, je mets la main dans ma poche pour toucher l’arme », a-t-il expliqué. Cyril Hanouna considère lui que s’armer pour se protéger n’est pas « la bonne solution ». « Je comprends votre souffrance mais tous les jeunes qui nous regardent, c’est pas la bonne solution de se promener avec une arme. Ça peut se retourner contre vous. Je pense que c’est une vraie connerie ».

Lire aussi > Le CSA saisi pour une « blague » de Bigard sur le viol chez Hanouna

Son témoignage a ému ses comparses chroniqueurs, notamment Valérie Bénaïm qui n’a pas pu retenir ses larmes. « Quand on a un ami qu’on voit dans la souffrance, ça fait beaucoup de peine, parce que c’est un garçon absolument charmant et il faudrait que les gens se rendent compte de ce qu’ils font. Et je voudrais rappeler juste un truc, l’homophobie, le racisme, l’antisémitisme, ce ne sont pas des opinions, ce sont des délits, qui sont punissables et on va en prison pour ça. Moi j’ai vu un garçon l’année dernière qui était tout le temps souriant et cette année un garçon qui est à fleur de peau, très émotif et qui a peur. »

CIM Internet