Paris Match Belgique

The Circle : Vous croyez la téléréalité malsaine ? On a trouvé pire

circle

Les candidats ont leur propre appartement dans le même building. | © Studio Lambert

Médias

Et les fans s’emballent déjà.

Prenez des inconnus, installez-les dans un même immeuble mais interdisez-leur de se voir. Ajoutez-y les réseaux sociaux, une bonne dose de mensonges, une pincée de narcissisme, une nécessaire popularité et d’autres inconnus qui se colleront devant leur télévision. Vous obtenez une téléréalité bien trempée qui questionne toutes nos habitudes quotidiennes. Un genre de Black Mirror en version réelle qui repousse encore un peu les limites du malsain. Certains appellent cela une « expérience sociale ». Et les castings de l’adaptation française sont ouverts, rapporte le Huffington Post.

Lire aussi > De star de téléréalité à femme d’affaires : le pari réussi de Kim Kardashian

Devenez influenceur

En septembre 2018, se lançait en Angleterre une nouvelle téléréalité : The Circle. Accueillie de façon mitigée à ses débuts, elle est rapidement devenue, grâce aux épisodes disponibles sur internet, l’un des « must-see » anglais. The Guardian qualifie le show de « légèrement trop cérébral », d’autres y voient une allégorie de notre société où, à l’ère des réseaux sociaux, la confiance vis-à-vis de ceux qu’on croise sur la toile doit être remise en question. En même temps, une poignée crie à la perversion. Parce qu’après tout : comment faire passer un message (celui des dangers de notre manière d’utiliser les réseaux sociaux) en utilisant précisément tous les travers de ce que l’on dénonce ?

Le teaser de la version anglaise est d’ailleurs très explicite à ce sujet. « N’importe qui peut devenir n’importe qui », « C’est un jeu basé sur la popularité ». Mais faut-il attendre d’une téléréalité qu’elle remette en question nos comportements humains ? Qu’elle fasse passer un message ? Est-ce sa place ? Ou est-ce que les producteurs ont simplement décidé de compiler un maximum de défauts de notre société pour en faire un jeu ? On vous laisser juger.

Voici donc ce qui devrait arriver sur nos ondes (en tout cas, sur celles françaises, mais on ne doute pas que la Belgique suivra la téléréalité avec intérêt) dans quelques mois, la date de sortie n’ayant toujours pas été annoncée. Une grosse dizaine de personnes sont enfermées dans autant d’appartements séparés dans le même bâtiment. Ils ne peuvent pas se voir mais peuvent se parler via une application créée spécialement pour le jeu. Certains décident d’être honnêtes et de se présenter tels qu’ils sont, tandis que d’autres se font passer pour « la personnalité ultime » (comprendre une jolie et jeune fille, d’après l’un des participants), s’invente une vie, change de sexe ou d’âge sur la toile.

Lire aussi > « Cameroon Top Model » : quand la téléréalité gagne l’Afrique francophone

Le but, au bout du compte, c’est simplement de devenir la personne la plus populaire de la maison et de devenir ainsi « influenceur ». Pour déterminer qui aura ce privilège, chaque participant doit donner une note aux autres. On se doute, la personne la moins populaire est out. À la fin de chaque émission, le perdant peut demander de rencontrer l’une des personnes de son choix, créant parfois de grandes surprises, notamment pour ce participant qui croyait s’être attaché à une jolie blonde alors qu’il avait en réalité en face de lui un homme un peu plus jeune.

Et l’émission débarquera bientôt en français. En Angleterre même si elle semble diviser la population, on ne peut pas nier qu’elle rencontre un certain succès.

En tout cas, on n’hésitera pas à se faire un avis dans quelques mois, lorsque la téléréalité débarquera chez nous. Encore une téléspectatrice en plus.

CIM Internet