Paris Match Belgique

Après avoir quitté « On n’est pas couché », Laurent Ruquier tacle violemment sa productrice

Laurent Ruquier règle ses comptes

L'animateur livre le fond de sa pensée. | © Belga Image

Médias

Rien ne va plus entre Laurent Ruquier et son ancienne productrice.

 

Les choses avaient pourtant eu l’air de bien se terminer pour Laurent Ruquier. Après 14 ans d’antenne, il avait annoncé son envie de voguer vers d’autres horizons. « Cela fait vingt ans que je collabore avec Catherine Barma. J’ai envie de voir autre chose, de reprendre ma liberté. J’ai trouvé que c’était le bon moment pour me “réinventer” (…) Elle savait. Nous ne sommes pas fâchés, mais c’est bien d’aller vers d’autres aventures », avait-il expliqué dans une interview pour Le Parisien. 

Lire aussi « On n’est pas couché » : Pourquoi Laurent Ruquier arrête-t-il l’émission?

Pourtant, plus rien ne semble aller entre Laurent Ruqier et son ancienne productrice, Catherine Barma. Cette dernière aurait envoyé à l’animateur par l’intermédiaire de son avocat un courrier dans lequel elle mentionne « une rupture abusive de relation commerciale ». Pour cette raison, elle demande à Laurent Ruquier de payer la moitié du licenciement d’une quinzaine d’employés de la société de production.

Lire aussi « On n’est pas couché » : Les chroniqueurs « chouchous » de Laurent Ruquier et ceux qui l’ont déçu

Une demande qui a fait sortir de ses gonds le célèbre animateur, qui a donc décidé de régler ses comptes avec son ancienne productrice dans une interview accordée à M, le magazine du quotidien Le Monde. « Un personnel pléthorique dont je n’ai jamais demandé à ce qu’il soit engagé, hormis trois d’entre eux (…) Elle a même fait travailler des gens de sa famille », débute-t-il. « Au bout de ces vingt ans, j’aurais aimé lui dire merci. Son hypocrisie, sa lâcheté, sa vénalité m’en empêchent (…) Avec elle, ça ne peut que mal se terminer. st-ce ma faute si ce sont mes idées qui ont permis à sa société de juteusement fructifier ? (…) Est-ce à moi de supporter les frais d’une société de production incapable de proroger d’autres émissions que celles que j’anime ? », regrette-t-il.

Pour l’instant, la principale intéressée n’a pas encore réagi.

CIM Internet