Paris Match Belgique

Après avoir révolutionné la télé, MTV s’attaque aux distinctions de genre

Les prix non-genrés se suivent sur la chaîne américaine | © Belga / EPA/NIALL CARSON

Médias

Artistes masculins et féminins vont se disputer le prix du Nouvel artiste de l’année lors des prochains MTV Video Music Awards, la chaîne américaine ayant décidé d’abandonner la dernière distinction des genres qui existait dans ses catégories. Bonne nouvelle pour l’égalité des sexes, ou démarche maladroite ? 

La chaîne a annoncé mardi via Instagram les nominations pour les prochaines récompenses qui doivent être remises le 27 août à Los Angeles. Pour la première fois, la totalité des catégories ne feront plus de distinction entre hommes et femmes. MTV a expliqué que son rôle était de « briser les barrières » et a souligné avoir eu des réactions positivessuite à la suppression des catégories par genre pour les MTV Movie et TV Awards cette année.

Lire aussi > Acteurs et actrices concourront dans la même catégorie aux MTV Awards

Kendrick Lamar en tête

Tous genres musicaux et sexuels confondus, c’est le rappeur Kendrick Lamar qui arrive en tête, avec huit nominations dont celle de Vidéo de l’année pour « Humble », un clip où il porte un regard ironique sur la célébrité et où il apparaît vêtu en pape et en Jésus dans « La Cène ». Avec chacun cinq nominations, suivent ensuite Katy Perry avec « Chained to the Rythm » et The Weeknd pour « Reminder ». Quatre hommes – Kendrick Lamar, The Weeknd, Bruno Mars et Ed Sheeran – et deux femmes – Ariana Grande et Lorde – sont en lice pour le titre d’Artiste de l’année.

Lutter contre le système

La chaîne a également annoncé la création d’une nouvelle catégorie: « Meilleur combat contre le système », pour saluer les clips « qui inspirent les spectateurs à se dresser pour combattre l’injustice ». Les premiers concurrents sont John Legend avec « Surefire », qui aborde le sentiment anti-immigrés et anti-musulmans aux Etats-Unis, ainsi que « Immigrants: We Get the Job Done » de la comédie musicale au succès phénoménal « Hamilton ». En course également dans cette nouvelle catégorie, « Black SpiderMan » du rappeur Logic et « Light » de Big Sean qui abordent la discrimination raciale, mais aussi « Scars to your Beautiful » d’Alessia Cara sur l’image de soi et « Stand Up/ Stand N Rock #NoDAPL » du rappeur et membre des Black Eyed Peas, Taboo, contre l’oléoduc Dakota Access.

Lire également > Discours ému : Emma Watson reçoit le premier prix non-genré de l’Histoire

Pas de limites à l’imagination

En mai dernier, lors des MTV Movie & TV Awards, la porte-parole de MTV, Kim Tuberville, avait souligné que « une performance est de qualité peu importe le genre et nous pensons qu’abandonner la distinction homme/femme rendra les performances dramatiques encore plus excitantes ». Un point de vue partagé par Emma Watson, primée lors de la cérémonie dans la catégorie « meilleur-e acteur-trice » : « Pour moi ce prix dit que jouer la comédie, c’est se mettre à la place d’un personnage, et il n’y a pas besoin de séparer cela en deux catégories. L’empathie et la faculté à utiliser son imagination ne devraient pas connaître de limite ».

Belga / EPA/PAUL BUCK

Nier une égalité de reconnaissance

Gommer les distinctions de genre des cérémonies de prix pour repousser les limites ? Si l’intention est louable, ses effets sont à mettre en perspective. D’abord, parce que proposer des récompenses non genrées s’adresse avant tout à ceux qui ne se reconnaissent pas dans le système binaire « hommes-femmes », soit une minorité des artistes. En outre, il reste à prouver que mettre en concurrence artistes féminins et masculins en les rassemblant dans la même catégorie représente un progrès pour l’égalité des sexes. Car au-delà des prix, c’est toute l’industrie créative qui est inégalitaire : une étude diffusée par le Center for Women in Television and Film a ainsi révélé que les femmes n’ont obtenu des rôles que dans 29% des 100 films américains les plus lucratifs de 2016, dont 37% seulement de premier rôle. Résultat : « jusqu’à ce que cela change, confondre les catégories Meilleur acteur et Meilleure actrice serait fournir un nouveau moyen à l’industrie du film de pousser les femmes aux marges, et de leur nier une égalité de reconnaissance et de temps à l’écran ».

Les dés sont pipés »

Une inquiétude à laquelle fait écho Gwenaëlle Le Gras, maîtresse de conférence spécialisée dans les questions de genre au cinéma. Ainsi qu’elle l’a expliqué au Monde, « Sans catégorie genrée, les dés sont pipés. Les rôles masculins sont toujours plus centraux dans les films là où bon nombre de rôles féminins restent des faire-valoir. Les réalisateurs sont aussi plus nombreux que les réalisatrices et gagnent plus d’argent. Ce type de prix, qui abolit les prix genrés, ne peut favoriser actuellement qu’un retour en arrière ».

CIM Internet