Après son site, son livre et sa série, Sophia Amoruso lance son média Girlboss

Après son site, son livre et sa série, Sophia Amoruso lance son média Girlboss

Sophia Marlowe alias Sophia Amoruso, fondatrice de Nasty Gal. | © Instagram @sophiaamoruso

Médias

La fondatrice du site de fringues Nasty Gal n’est pas prête de s’arreter ! Après son livre et sa série qui racontent son histoire, elle vient désormais de lancer sa société Girlboss Media grâce à une levée de fonds de 1,2 million de dollars.

 

Au départ, une jeune fille de San Diego partie vivre à Los Angeles où elle était plus douée pour chiner la plus jolie des vestes vintage que pour décrocher un 20/20 à l’université qu’elle détestait, décide de lancer une boutique eBay où elle vend à prix d’or ses trouvailles. Puis petite boutique en ligne devenue grande, alors âgée de 22 ans, elle lance Nasty Gal en 2006 qui est devenu au fil des années LE site de référence pour tous les accros de fripes. Aujourd’hui, le site s’est diversifié et on ne trouve pas que du vintage, mais une sélection assez pointue de vêtements. Son incroyable destin d’ado rebelle bien loin du profil type du boss de la Silicon Valley, Sophia Amoruso, qui n’était pas destinée à devenir millionnaire avant ses 30 ans, elle a décidé de le raconter dans un livre : #GIRLBOSS, sorti en 2014, et devenu en quelques semaines un best-seller aux États-Unis, où elle raconte sa vie et son parcours semé d’embuches dans un monde entrepreneurial majoritairement masculin, et où elle a donc dû faire ses preuves en tant que femme. Un livre de Girlpower qui a séduit le géant américain Netflix qui en a fait une série co-produite par Charlize Theron.

Malheureusement, la série sortie cette année n’aura pas convaincu et est annulée au bout d’une saison. Et bien que Sophia Amoruso est décrite par le magazine Forbes comme le « nouveau phénomène de mode » et qu’elle est classée en 2016 comme la deuxième femme la plus riche du monde avec une fortune estimée à 280 millions de dollars (environ 238 millions d’euros) juste derrière Taylor Swift, Nasty Gal est pourtant déclaré en faillite en novembre de la même année après de nombreux licenciements.

Lire aussi > Entre féminisme et problèmes existentiels, « Girls », une série nécessaire

À noter qu’en janvier 2015, la Girlboss avait cédé sa place de PDG à Sheree Waterson. Mais depuis, elle ne chôme pas, outre sa série qui a été un échec, elle a sorti un deuxième bouquin Nasty Galaxy qui « n’est pas un livre de style » mais une « compilation de tout ce qui l’a influencée » pour la création de son entreprise et dans son style personnel.

« Une plateforme destinée à redéfinir le succès pour cette nouvelle génération de femmes »

Et ce n’est pas tout. En mars dernier, Sophia Amoruso a lancé le Girlboss Rally, un événement destiné aux jeunes entrepreneures où sur une journée, de nombreuses conférences axées sur plusieurs thèmes comme la finance, l’entrepeneuriat féminin etc. sont organisées. Le prochain aura lieu cet automne à New York. Plus récemment encore, la jeune femme a levé 1,2 million de dollars pour lancer sa société Girlboss Media qui comprend le site Girlboss.com aux couleurs pastel passant de la finance à la beauté en passant par la mode évidemment : « Je pense que quelque part, j’ai toujours été dans le domaine des médias, après avoir construit ma marque quand j’avais 22 ans. C’est la deuxième marque que je créé accidentellement mais la première entreprise que je commennce intentionnellement » confie-t-elle à Forbes.

Au site WWD, Sophia Amoruso explique qu’il s’agit d’« une plateforme destinée à redéfinir le pour succès pour cette nouvelle génération de femmes ». Girlboss.com propose aussi une newsletter hebdomadaire, et un podcast Girlboss Radio sera disponible à partir du 23 août, avec une interview de Roxane Gay, auteure de l’essai à succès Bad Feminist. Et comme jamais deux sans trois, en octobre, la Girlboss de 33 ans sortira un troisième livre : The Girlboss Workbook : An Interactive Journal for Winning at Life.

CIM Internet