Paris Match Belgique

La grossophobie passe de plus en plus mal à la télévision

Vidéo Médias

Alors que Jamel Debbouze est accusé d’être grossophobe suite à son passage dans « Quotidien », d’autres émissions ont récemment été pointées du doigt sur les réseaux sociaux. Retour sur ces polémiques qui invitent au débat.

Pour sa reprise lundi 4 septembre, « Quotidien » a reçu Jamel Debbouze et a offert à TMC la tête des audiences avec 1,55 millions de téléspectateurs. Malgré ce beau succès, l’invité de Yann Barthès s’est attiré les foudres des internautes. La raison ? L’humoriste de 42 ans s’est ouvertement moqué du poids d’une femme en direct.

« Tu mens ! C’est impossible ! »

Lors de cette première, une séquence était consacrée à Usher. Le chanteur de R&B est actuellement dans la tourmente, accusé par trois femmes d’avoir eu des rapports sexuels non-protégés avec elles malgré un herpès génital. Parmi les plaignantes, Quantasia Sharpton s’est exprimée est présence de son avocate lors d’une conférence de presse filmée.« Quotidien » en a diffusé un extrait. La victime déclare notamment être « bouleversée par la nouvelle, car je n’aurais jamais couché avec lui si j’avais su ». Seulement, voilà, Quantasia est grosse. Jamel Debbouzze, hilare, la traite de « menteuse ». « C’est impossible », s’époumone-t-il sur le plateau lors de la séquence. Le public rit en chœur. Mais sur les réseaux sociaux, c’est un tout autre son de cloche. De nombreux internautes ne supportent pas les moqueries du comédien. Sur Twitter, ils ont un mot à lui adresser : « grossophobe ».

Le grossophobie, un sujet sensible

La grossophobie est une forme de body shaming. Le mot désigne la discrimination et l’intolérance envers les personnes à forte corpulence. Pour les concernés, il s’agit d’un véritable problème sociétal. Le terme a d’abord été popularisé par l’actrice française Anne Zamberlan et son « Coup de gueule contre la grossophobie » en 1994. Mais ces derniers temps, il semble coller à la peau de la télévision. En juin, Cristina Cordula et Karine Le Marchand, les deux animatrices vedettes de M6, ont pu s’en rendre compte.

Lire aussi > La grossophobie, un problème de taille

Elles ont été choisies pour animer une nouvelle émission qui met en scène la chirurgie de l’obésité dans l’esprit des « Reines du Shopping ». Mais ce choix est mal passé. Encore au stade embryonnaire, le concept s’est heurté à une pétition initiée par le collectif Gras Politque via change.org. Il se définit comme « un collectif de personnes gros-ses, sans hiérarchie et sans organisation ». Le site demande l’annulation pure et simple du nouveau docu-réalité. « Faire croire qu’il existe une solution systématique à l’obésité est une méconnaissance totale du sujet, et ce faux message aura des retombées directes sur la vie des personnes obèses », clame-t-il.

Cristina Cordula et Karine Le Marchand sont grandes et minces. Elles incarnent un certain idéal véhiculé par la société et donnent des conseils pour se conformer à cet idéal, que ce soit avec nos vêtements ou via nos relations amoureuses. Ces deux femmes sont-elles légitimes pour parler de l’obésité à la télévision, semble-nous demander Gras Politique.

La publicité et le poids des réseaux sociaux

La publicité n’échappe pas à la grossophobie. Encore en juin, l’enseigne de décoration GiFi a créé un tollé avec une pub qualifiée de grossophobe. Pour vendre un jacuzzi gonflable, la marque a fait appel à deux protagonistes plus que familiers du concept : Loana et Benjamin Castaldi. Les deux figures de la télé-réalité « Loft Story » sont les tristes héros d’un sketch durant lequel Loana, qui a eu de nombreux problèmes avec son poids, se transforme en nymphe dès qu’elle met un orteil dans le jacuzzi. Le tout devant un Castaldi estomaqué.

Cet avant/après grossophobe a choqué les internautes. Ils ont également dénoncé une humiliation envers Loana. Le jacuzzi de Gifi a fait tellement de remous qu’il a forcé les deux protagonistes à répondre à la polémique. Sur la chaîne C8, Loana a assuré que « la publicité n’est ni grossophobe ni sexiste ». « Je ne me moque que de moi-même », a-t-elle ajouté. À l’époque, Benjamin Castaldi a confié être agacé par cette polémique. « Elle va mieux, elle a perdu du poids et c’est un beau clin d’œil pour montrer qu’elle va mieux », a-t-il déclaré dans « Touche Pas À Mon Poste ».

La télévision et les réseaux sociaux contribuent à nous rappeler que la grossophobie est un problème bien réel, mais encore méconnu.

CIM Internet