Paris Match Belgique

ONPC : Le ton est monté entre Christine Angot et Alexis Corbière à propos de Dieudonné

Alexis Corbière avait perdu son sourire sur le plateau d'ONPC samedi soir. | © MAXPPP

Médias

Samedi soir, sur le plateau d’On n’est pas couché, la nouvelle chroniqueuse de Laurent Ruquier n’a pas épargné son invité, Alexis Corbière. La raison ? Elle reproche à une candidate de la France Insoumise d’avoir « accueilli les voix » du polémiste lors des dernières législatives françaises.

« Votre candidate Farida Amrani a accueilli pour le deuxième tour, sans rien dire, les voix de Dieudonné qui s’était désisté pour elle », commence Christine Angot, d’entrée de jeu, directement interrompue par Alexis Corbière qui ne se laisse pas faire : « J’ai été le premier à demander l’interdiction de ses spectacles, je n’ai rien à voir avec ce salo**** antisémite ».

Lire aussi > Vanessa Burggraf sur sa saison à ONPC : ma surexposition médiatique a été très douloureuse »

Le Figaro rappelle qu’au mois de juin dernier, le polémiste Dieudonné avait obtenu 3,8% des voix au premier tour et avait ensuite appelé à voter, via une vidéo, la candidate de la France Insoumise Farida Amrani. « Ce n’est pas un problème, ça, d’accueillir les voix de Dieudonné ? », a ensuite répété la nouvelle chroniqueuse de Ruquier au député de la France Insoumise qui n’en a « jamais entendu parler » et qui prend la défense de la candidate : « elle ne s’est jamais affichée avec lui ».

La remplaçante de Vanessa Burggraf et Alexis Corbière sont ensuite partis dans un dialogue de sourd, plus une comparaison entre Dieudonné et Lalanne de la part d’Angot, malgré les interventions de Laurent Ruquier et Yann Moix.

Prise de position

Alexis Corbière en a profité pour l’accuser d’avoir pris position politique en faveur de Hollande. Ce qui n’a pas manqué de la remonter encore plus. « Je n’ai pas appelé à voter François Hollande, j’ai dit que si l’on se payait que des gens comme vous, il faudrait qu’il revienne », a-t-elle rétorqué. Alexis Corbière a tenté de terminer sur une note plus détendue, disant respecter les « gens de convictions », et Christine Angot de lui répondre : « Je n’ai pas de convictions ! »

CIM Internet