Paris Match Belgique

Le journaliste belge Quentin Noirfalisse et son « ministre des poubelles » accusés de « galvaniser la jeunesse » congolaise

Extrait du documentaire Le ministre des poubelles. | © Capture d'écran

Médias

Le journaliste belge Quentin Noirfalisse (Médor) avait été arrêté en République démocratique du Congo le 19 septembre. Il revient sur les raisons de sa détention.

 

Le mois dernier, Quentin Noirfalisse a été détenu durant deux jours en République démocratique du Congo (RDC) alors qu’il s’apprêtait à quitter le pays après une tournée de projections de son documentaire Le ministre des poubelles, consacré à l’artiste plasticien Emmanuel Botalatala.

Après de nombreuses heures de tergiversations, il a appris qu’on lui reprochait, à la suite d’une dénonciation, de galvaniser la jeunesse des quartiers populaires, a-t-il expliqué à l’agence Belga. Le film a fait l’objet d’une douzaine de projections et été vu par plusieurs milliers de personnes dans un calme absolu, souligne son réalisateur. « Nous disposions de toutes les autorisations ».

Le jour de son départ, soit le 19 septembre, le Verviétois a été interpellé par la Direction générale de la Migration sans qu’aucun motif ne lui soit donné. Le lendemain, il est transféré à l’Agence nationale du Renseignement, où le chef du cabinet se cantonne à lui expliquer que « son dossier n’est pas prêt ». Finalement, Quentin Noirfalisse apprend qu’on lui reproche de galvaniser la jeunesse. « On ne m’a pas parlé du film, mais j’ai bien senti que cela faisait partie de leurs griefs à mon égard ». Au soir de son deuxième jour de détention, le visa du réalisateur est annulé et il est expulsé du pays. Il rentrera à Bruxelles avec le « ministre », dont le vol était prévu ce jour-là.

Lire aussi > Loup Bureau raconte ses 51 jours de détention en Turquie

« Le régime est nerveux, il expulse des journalistes et ne veut pas qu’on montre la créativité des quartiers populaires », en conclut Quentin Noirfalisse. « Pourtant, le film ne parle pas de politique, mais de la place d’un artiste dans une société ».

Avec Belga

CIM Internet