Paris Match Belgique

Playboy : Pour la première fois, un homme en couverture avec Hugh Hefner, et une playmate transgenre avec Inès Rau

Hugh Hefner en janvier 2007. | © BELGA/AFP PHOTO/GABRIEL BOUYS

Médias

C’est la première fois dans l’histoire du magazine Playboy qu’un homme seul sera en première page pour son nouveau numéro. Et c’est également la première fois que le magazine choisit une playmate transgenre pour ses pages centrales.

 

Le fondateur Hugh Hefner fait la couverture de la nouvelle édition du magazine Playboy. C’est ce qu’a annoncé le magazine américain sur Instagram. Hefner est décédé à la fin du mois de septembre, à l’âge de 91 ans.

C’est une photo de Hugh Hefner datant de 1965 qui a été choisie. Dix hommes avaient déjà fait la Une du magazine, mais ils étaient toujours accompagnés de mannequins féminins.

Lire aussi > Quand Hugh Hefner se confiait à Match : « Je pense être le type le plus heureux de la Terre »

Playboy consacre beaucoup d’attention à la mort de son fondateur. Le nouveau numéro comporte notamment une histoire écrite par son fils Cooper, dans laquelle il parle de son père. Outre l’édition régulière, une édition spéciale sera aussi consacrée à la vie de l’icône des médias.

Et pour la première fois également, une playmate transgenre

Même si le magazine avait déjà fait figurer des mannequins transgenres dans ses pages, c’est la première fois que l’une d’entre elles a le statut officiel de « Playmate » et se trouve dans le cahier central de ce numéro de novembre/décembre. Elle s’appelle Inès Rau, elle a 26 ans, est danseuse, mannequin et actrice, et elle est Française. Au New York Times, Cooper Hefner expliquait il y a quelques semaines déjà : « Sa sélection correspond complètement à la philosophie de la marque. C’est la bonne chose à faire. Nous sommes à un moment où les rôles des genres évoluent » en ajoutant qu’elle est « charmante » et possède une « personnalité remarquable ».

Depuis l’annonce de la première playmate transgenre, les réactions ne cessent de pleuvoir et sont assez mitigées. Assumant pleinement et fièrement son choix, Playboy a décidé de partager sur ses réseaux sociaux les commentaires de ses lecteurs, aussi bien positifs que négatifs, et en les mettant en parallèle avec leurs réactions de 1965 lorsqu’ils avaient choisi pour la première fois Jenny Jackson, une playmate noire.

(Avec Belga)

CIM Internet