Paris Match Belgique

20 ans de Matière Grise, votez pour consacrer les talents belges

Patrice Goldberg - Matière Grise

Autre merveille du Museum des Sciences naturelles : la femme enceinte qui symbolise tout le mystère de la vie | © Ronald Dersin

Médias

Paris Match Belgique s’associe aux 20 ans de Matière Grise, l’émission reine des sciences à la RTBF. A sa tête, un phénomène : Patrice Goldberg

Couronné dans le monde entier pour l’excellence de ses reportages, renommé pour transmettre avec brio et simplicité le savoir des chercheurs, le magazine des sciences « Matière Grise » de la RTBF fête ses 20 ans. A sa tête depuis toujours, Patrice Goldberg. Grâce à lui, l’émission s’adresse à tous et fait apprécier les matières scientifiques aux jeunes, notamment à travers différents canaux de communication et à une cellule numérique. La ligne éditoriale imaginée par ce passionné et son équipe est tournée vers les grands enjeux de société que représente la science aujourd’hui, et par la mise en évidence des talents belges, avec un accent particulier sur les chercheurs de la Fédération Wallonie-Bruxelles. C’est pourquoi Paris Match a choisi de
mettre en valeur cet anniversaire prestigieux qui, en 2018, saluera l’excellence de nos scientifiques.

Une interview de Violaine Villedieu.

Paris Match. Les avancées scientifiques ont été nombreuses ces vingt dernières années. Vous défendez le savoir-faire de la Belgique. Notre pays tire-t-il son épingle du jeu dans le monde scientifique ?

Patrice Goldberg. Et comment ! Mais rarement tout seul, et pour une très bonne raison qui n’est pas un scoop : la Belgique est un petit pays. Ce qui n’est pas dénué d’avantages : d’abord, nos chercheurs étant habitués à ne pouvoir compter que sur eux-mêmes, ils travaillent en connexion avec des laboratoires du monde entier. Ensuite, ils ne sont pas nombrilo-centrés et ont une grande capacité d’adaptation. Résultat : ils sont très appréciés pour leur niveau d’excellence et de créativité. Le Belge est un peu fou, un peu surréaliste. Quand on fait de la recherche, savoir sortir du cadre permet d’aller vers des territoires qu’on n’imaginait pas.

Que peut-on mettre en exergue au niveau des avancées belges ?
Comme il est impossible de n’en choisir qu’une, j’en citerai trois. Pour commencer, on ne peut pas ne pas parler du prix Nobel de physique obtenu en 2013 par François Englert. Cette récompense illustre d’ailleurs parfaitement l’excellence et l’humilité belges. Dans les années 1960, en effet, notre compatriote a annoncé l’existence d’une particule découverte au début des années 2010 : le boson de Higgs, du nom d’un autre chercheur (Peter Higgs) qui a publié un article prédisant aussi qu’une particule allait un jour être trouvée. A cause de ce papier et parce que les Anglo-Saxons dominent la recherche, les médias « grand public » ont parlé du boson de Higgs. Mais François Englert l’a prédit avec Robert Brout six mois avant ! Tout ça pour dire que le milieu de la recherche belge est non seulement doué, mais aussi modeste. Personne, ici, n’a hurlé: « C’est le boson d’Englert ! » Mais les physiciens du monde entier l’appellent le boson de
Brout-Englert-Higgs.

À lire aussi > François Englert : l’enfant caché derrière le prix Nobel

Quelles sont les deux autres découvertes que vous souhaitez mettre en lumière ?

Il y a celle de Michaël Gillon, cet astrophysicien de l’Université de Liège qui, en 2016, a découvert avec une équipe internationale l’existence d’une étoile extrasolaire autour de laquelle tournent des planètes, dont certaines sont rocheuses et pourraient abriter la vie. C’est le fameux système TRAPPIST (situé à 39 années-lumière de la terre, cet endroit est peut-être celui qui a le plus de chances de donner lieu à la découverte de traces de vie en dehors du système solaire). J’aimerais aussi évoquer les recherches de Steven Laureys (ULg), un des grands spécialistes mondiaux du cerveau. Avec son équipe, il étudie la conscience et le coma, ce qui lui a permis de démontrer que 40 % des gens qui sont dans un état dit végétatif sont en fait conscients. C’était le cas du Belge Rom Houben (considéré dans le coma durant vingt-trois ans, jusqu’au moment où Steven Laureys a mis au point des outils de diagnostic permettant d’entrer en contact avec lui). L’homme était en fait conscient : il entendait, il voyait tout, bien que paralysé.

C’était une forme de locked-in syndrome ?
Quelque chose comme ça, oui… En fait, ce que ce chercheur a mis au point change aussi notre rapport à la vie et à la mort. Qu’est-ce que c’est, mourir ? A-t-on conscience de sa propre mort ? Pour ses recherches, Steven Laureys a reçu le prix Francqui 2017.

Vingt ans de reportages, c’est beaucoup de rencontres aussi. Et souvent, certaines bouleversent plus que d’autres. Quelle est celle qui vous a le plus touché ?

(la suite de l’interview dans le Paris Match de ce jeudi 16 novembre 2017)

Patrice Golderg - Musée des Sciences naturelles
La grande galerie de l’évolution du Museum, évolution qui, bien sûr, n’est pas terminée : la vie se transforme encore et toujours…

Votez pour consacrer les talents belges avec Matière Grise

L’initiative de Paris Match de récompenser le monde scientifique belge à travers l’anniversaire des 20 ans de l’émission « Matière Grise » confirme la volonté constante de notre marque depuis dix ans : célébrer le savoir-faire belge, lui donner les lettres de noblesse médiatiques qu’il mérite, révéler au public la valeur de ses acteurs, la richesse de leurs travaux, la finalité de leur talent. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si cette proposition a été émise à l’issue d’une soirée de gala d’une autre opération Paris Match/RTBF : « Les Meilleurs de l’année », la découverte et la consécration de promesses dans de nombreux domaines (mode, gastronomie, joaillerie, scène, jeunes solistes…) qui, à travers le prisme del’émission « C’est du Belge » et le prolongement
rédactionnel de Paris Match, sont mises dans lalumière. Avec parfois, pour certains lauréats, des engagements professionnels comme récompense supplémentaire. Le 1er février prochain, « Les Meilleurs de l’année 2017 » seront connus et fêtés au cours d’un nouveau rendez-vous prestigieux.

À lire aussi > Vincent Callebaut imagine les villes du futur

Sept semaines plus tard, un nouvel événement médiatique va mobiliser.  Le mercredi 21 mars 2018, les acteurs du monde scientifique, chercheurs, professeurs, universités, associations, tous ceux qui travaillent quotidiennement pour faire avancer la science en Belgique, se verront consacrés par la remise des premiers trophées « Matière Grise/Paris Match ». On ne dit pas assez combien, chaque jour qui passe, les capacités, la passion, l’effort, le jusqu’auboutisme, le dévouement permettent de faire avancer la recherche et de sauver des vies. On ne souligne pas suffisamment combien les acteurs de professions d’exception donnent plus que leur temps pour relever le défi d’une vie meilleure, plus saine, pour le bien-être de tous. C’est dans ce but qu’ont été créés ces prix de l’excellence. L’événement permettra également de saluer le travail de Patrice Goldberg, producteur, auteur principal et présentateur de « Matière Grise » qui, depuis vingt ans, captive les téléspectateurs en vulgarisant les avancées de la science en Belgique et dans le monde. Sans lui, elles n’auraient pas trouvé un tel écho auprès du public.  Cette soirée sera la leur, eux qui préfèrent souvent l’anonymat à la consécration. Mais aussi la vôtre. Vous pouvez, en effet, jouer un rôle en vue dans cette magnifique aventure humaine,en votant pour des êtres dévoués qui méritent nos applaudissements.

Si ces initiatives traduisent les engagements d’une télévision de service public, elles illustrent aussi parfaitement l’objectif des équipes print et digital de Paris Match Belgique de faire émerger et de consacrer les talents de nos régions. Ce n’est pas la moindre de nos ambitions. (Marc Deriez)

CIM Internet