Paris Match Belgique

Angèle, Clara Luciani, Nord, Tim Dup et Eddy De Pretto : nos coups de cœur pour 2018

Angèle

L'ascension d'Angèle est tout sauf un hasard | © Youtube

Musique

La scène française vit depuis plusieurs années une rafraichissante nouvelle vitalité. Stromae a fait sauter de nombreux verrous et a donné à la chanson française de nouvelles libertés. En 2017, de nombreux artistes ont émergé. Parmi eux, Angèle, Clara Luciani, Nord, Tim Dup et Eddy De Pretto. 2018 devrait sonner comme la confirmation d'une nouvelle scène qui brise les codes entre chanson, hip-hop et électro. Un joyeux mélange qui réconcilie Barbara et Damso.

Ils ont à peine la vingtaine. Parfois la jeune trentaine. Ils n'ont plus la patience d'attendre de sortir un album puisqu'ils peuvent exister sans cela. Ils diffusent leurs compositions sur les réseaux sociaux, maitrisent les codes parfaitement et tournent beaucoup. Dans des petites salles, des premières parties plus prestigieuses voire se produisent en live sur Facebook ou Youtube. Ils citent Barbara, Brel, Damso, Daho ou Stromae. Ils écoutent de tout. Plongent leurs racines dans des milieux musicaux protéiformes et nous recrachent des morceaux qui sont autant de chemins de traverse. On essaie maladroitement de les faire rentrer dans des cases, de leur coller des influences et dans la foulée, ils nous sortent un nouveau morceau qui change la donne. Eux, ce sont des dizaines d'artistes qui ont marqué l'année 2017. On a choisi de faire un focus sur Angèle, Clara Luciani, Nord, Tim Dup et Eddy De Pretto parce qu'on a cru en eux en 2017 et qu'on est convaincu qu'un public encore plus large les découvrira et les suivra en 2018. Petit tour d'horizon tout en musique.

Angèle, en tête et entêtante

Début 2017, elle n’était encore que la fille de Laurence Bibot et Marka et la sœur de Roméo Elvis. En 2018, ils seront les parents et le frère d’Angèle. La jolie malicieuse blonde a commencé à séduire et fédérer les foules sur Instagram. Des petites reprises mutines, l’air de rien, mais diablement efficaces. Et si Angèle trace sa route sur son chemin à elle pendant que son frère Roméo Elvis s’impose sur les artères du rap francophone, Angèle n’a pas grandi sans repères musicaux. Son père, le chanteur Marka (qu’on vous conseille de (re)découvrir de toute urgence aussi) l’emmenait déjà en studio en 2014 et la laissait enregistrer une première reprise « Wolf & I » de Oh Land.

Angèle a 22 ans. Elle a 2 ans quand son père lui écrit sa première chanson. Enfin lui chante tout son amour. Déjà mutine, déjà la moue boudeuse si l’on en croit les paroles.

Des années plus tard, elle accompagnera au piano Marka sur scène.

Et puis tout s’enchaine : Instagram, un premier single « La loi de Murphy » qui accumule plus de 2 millions de vues en un mois, des concerts soldout des mois à l’avance, la première partie de Damso, la presse qui s’emballe…. Tout cela alors que la demoiselle a sorti un seul single. On ne prend pas des paris fous en la nommant d’ores et déjà artiste de l’année 2018. Et on est impatient de découvrir l’album prévu dans les mois à venir.

Lire aussi > StoryMatch : Dans le téléphone d'Angèle, chanteuse au second degré et petite sœur de Roméo Elvis

Clara Luciani a tout pour elle

Clara Luciani a soigné ses chagrins d’amour par un premier EP sombre et élégant. La Française est d’abord passée par le groupe « La Femme » avant de se lancer dans une carrière solo qui aujourd’hui l’amène à cotoyer sur scène ce qui se fait de mieux sur la scène française actuelle : Benjamin Biolay, Juliette Armanet et pose sa voix sur un duo avec Calogero. Rien que ça. Hyper présente sur les réseaux sociaux, elle y distille son humour parfois potache et son amour de l’art italien et de l’élégance sous toutes ses formes. De son album prévu en avril 2018, on sait qu’il sera plus joyeux que « Monstre d’amour » mais son nom reste jalousement gardé par la principale intéressée. Déjà de passage aux dernières nuits du Botanique et au Brussels Summer Festival, elle devrait être de retour en Belgique l’année prochaine. Allez la voir avant que les salles soient trop grandes pour apprécier pleinement la beauté de ses chansons ciselées à l’intelligence. C’est rock et doux. La scène française a décidemment de belles ambassadrices.

Nord n’est pas froid, Nord électrisera 2018

Beaucoup plus discret, mais s’installant doucement mais sûrement, Nord a sorti un premier EP en 2016 mais est revenu en 2017 avec un single « Elle voudrait » qui a bien tourné sur les radios belges et françaises. « Elle voudrait » est un single chantant, électrique qui laisse présager d’un album (annoncé pour début 2018) qui fera la part belle aux machines. Dans son costume bleu, Xavier alias Nord, fait partie de ces voix masculines qui à l’instar d’un Raphael allient le style et l’efficacité.

Lire aussi > Nord : danse si c'est triste !

Place au roi Eddy !

Point de référence à un cycliste célèbre ni au comparse de Johnny Hallyday mais bien référence au déjà proclamé futur roi de la scène française. Eddy De Pretto qu’on compare trop rapidement et maladroitement à Stromae ou Jacques Brel a le flow des rappeurs, la syntaxe des chanteurs de chanson française et la présence d’une star en devenir. Le natif de Beaulieue n’est encore qu’au stade de promesse qu’il remplit déjà les salles de ses futurs concerts. D’apparence timide, le jeune homme  se révèle diablement efficace sur scène accompagné d’un batteur et de son … iphone. Ses textes cassent les codes du rap viril (Kid), se perd dans ses fêtes de trop et fait se rencontrer la traditionnelle chanson et les sons des banlieues. C’est brillant sans avoir le moindre code. Libre comme Eddy sera un des crédos de 2018. En attendant le "Kid" enchaine déjà les millions de vues sur Youtube. Un roi en devenir, on vous dit.

Tim Dup, la mélancolie des claviers

Timothé a 23 ans. Quand on le rencontre, le jeune homme est d’une gentillesse extrême. Disponible, il s’assied derrière un piano où a joué Barbara et se met à jouer des extraits de son premier album sorti en 2017 « Mélancolie heureuse ». Ses textes parlent de lui. De ses premiers amours, de ses déceptions, de cette vie qu’il découvre, Tim Dup est un orfèvre des mots qui a séduit Louane pour qui il a écrit deux textes sur son dernier album. De ses claviers et de son piano sortent des mélodies qui sont la synthèse d’une génération biberonnée au hip-hop et à l’electro et qui a décidé qu’aucune case, aucun genre ne collerait à leur musique. Et pour brouiller un peu plus les pistes, Tim Dup propose avec le même talent ses propres compositions que des reprises de grands noms tels qu'Alain Souchon ou Barbara.

Angèle et Eddy De Pretto ont déjà annoncé des dates pour 2018. Pour la première, c'est déjà soldout même aux Nuits Botanique. Pour le second, le concert au Botanique est complet mais il reste des places pour le concert des Nuits Botanique. Tim Dup sera au Reflektor de Liège en mars prochain. S'il n'y a pas encore de dates annoncées pour les deux autres artistes, cela ne devrait pas tarder.

CIM Internet