Paris Match Belgique

Mort de France Gall : Babacar se confie pour la première fois

France Gall

France Gall en 1981. | © AFP PHOTO/JACQUES DEMARTHON / AFP PHOTO / JACQUES DEMARTHON

Musique

Plus de trente ans après sa rencontre avec France Gall, Babacar évoque toute l’admiration qu’il avait pour la chanteuse.

 

France Gall a rencontré Babacar en 1986. Lui n’était alors qu’un bébé, vivant dans un village reculé du Sénégal avec sa mère Fatou. Désespérée, sans ressources, elle avait demandé à la chanteuse et à son époux, Michel Berger, si ils pouvaient adopter Babacar et le ramener en France. Les deux artistes avaient refusé, hors de question de séparer une mère de son enfant, mais France décidait d’aider cette femme en lui proposant une formation de couturière. Tout aurait pu bien se terminer, il n’en sera rien. Fatou stoppe ses cours, le contrat est rompu. À partir de ce jour, et ce au fil des années, le petit garçon et France Gall s’éloignent. Une séparation amplifiée quand France doit faire face à la perte de Michel et Pauline.

Lire aussi > Mort de France Gall : Véronique Sanson brise enfin le silence

Trente ans plus tard, le petit Babacar est devenu un homme. Il a 32 ans et travaille comme agent de sécurité à Gandiaye. Et même si de nombreuses années ont passé, il se souvient de France avec beaucoup de tendresse. « Mon histoire avec France est une rencontre incroyable », confie-t-il à la chaîne M6. « Je suis convaincu que le hasard n’existe pas. C’est le destin ». À un point que lorsqu’il a appris la mort de la chanteuse, Babacar n’a pu contenir son émotion : « Ca a été vraiment un choc quand j’ai appris la nouvelle ! Ce qui m’a fait mal, c’est que je n’ai pas pu assister à ses funérailles. J’aurais aimé être invité par sa famille. Mais c’est comme cela. Je pense toujours à elle et je continue de prier pour elle. Son nom est gravé dans ma mémoire ».

Rencontrer Raphaël ?

Sa dernière rencontre avec France remonte à 2015. Ils s’étaient revus sur une île près de Dakar. Et malgré les années, la chanteuse l’avait reconnu immédiatement : « J’ai vu ton père en te regardant », avait-elle dit en le fixant.

Lire aussi > France Gall, le bonheur et la tragédie

Aujourd’hui qu’elle est décédée, Babacar sait qu’il ne pourra plus la voir. Aucune chance de rattraper le temps perdu. Alors il a des regrets. « J’aurais préféré une relation plus maternelle avec elle, j’aurais tellement voulu mieux la connaitre », confie-t-il visiblement ému avant de dire à demi-mot un de ses plus grands souhaits : « J’espère venir en France bientôt et rencontrer Raphaël, le fils de France. Nous sommes un peu comme des frères ».

CIM Internet