Paris Match Belgique

Le jour où Jeanne Moreau a poussé la chansonnette au Botanique

Jeanne Moreau en 2008. | © AFP PHOTO / FRED DUFOUR

Musique

En 1999, Jeanne Moreau était invitée au Botanique pour une soirée hommage. À l'occasion des 25 ans des Nuits Bota, Paris Match se plonge dans ce souvenir tout particulier de Paul-Henri Wauters, programmateur musical et directeur de la salle de concert.

 

"Ça, c'est une belle histoire », soupire dans un sourire Paul-Henri Wauters, les yeux perdus dans le vague. Installé à son bureau, dans les coulisses labyrinthiques du Botanique, il dresse pour nous la liste de ses concerts les plus marquants. Et le nouveau directeur général de la salle de concert bruxelloise en a vu passer, des artistes de légende, de Nina Simone à Oasis. Mais cette histoire-là, celle d'un soir de septembre 1999, a une saveur singulière pour le programmateur musical de 57 ans.

Lire aussi > Nuits Bota : 10 noms ébouriffants passés par le festival, racontés par Paul-Henri Wauters

C'est que l'ambition était un peu folle, et aurait pu rester à l'état de doux rêve : faire monter Jeanne Moreau sur la scène du Botanique. Elle est alors "probablement la plus grande star féminine internationale », se souvient Paul-Henri Wauters. "Aux États-Unis, tout le monde la connaissait - Catherine Deneuve, un peu moins ». Et "à l'époque au Botanique, on n'avait pas encore autant de groupes invités : on avait une programmation plus protéiforme et j'avais plus de temps pour préparer des projets particuliers - dont celui-là ».

©BELGA PHOTO CAMILLE DELANNOIS

Norge ou Catherine Deneuve ?

Jeanne Moreau n'a alors plus chanté dans une salle de spectacle depuis au moins trente ans. Ses derniers concerts remontent aux années 60. Elle, en a désormais 70. Mais le directeur du Botanique veut au moins lui soumettre son idée et profite d'un rendez-vous décroché par un ami agent français avec la star pour s'inviter à Paris, chez elle. Paul-Henri Wauters appréhende, forcément. La dame est une grande, parmi les géantes du cinéma. Et de la chanson, qu'elle a également marquée. "Son image, dans ses rôles et ses chansons, avait un côté un peu venimeux, glacé. Elle incarnait un cinéma plus acide et adulte qu'auparavant. Elle concentrait toute la libération morale des années 60, et ses chansons aussi. Ses paroles avaient beau être neutres, une deuxième lecture leur donnait un côté assez vénéneux, très captivant », analyse-t-il aujourd'hui.

Lire aussi > Jeanne Moreau, il était une voix

Mais le programmateur a un joker dans sa manche : "Je savais qu'elle avait été assez proche d'un poète belge, Norge », et c'est par son souvenir qu'il veut tenter d'intriguer l'actrice. Et puis, juste avant le rendez-vous, il voit passer sur la Seine un bateau-mouche nommé "Jeanne Moreau ». Il tient son signe.

©BELGA PHOTO THIERRY ROGE - Paul-Henri Wauters avec le roi Philippe en 2016. À propos de ses visites au square privé de Jeanne-Moreau : "Chaque fois, je lui apportais des chocolats de chez Mary. J'espérais qu'elle les partage, mais elle les mettait de côté pour plus tard".

Arrivés chez la diva, dans un salon impressionnant où trônent de massives décorations cinématographiques, l'agent français déballe sa proposition : un disque de reprises, interprétées par la crème du cinéma français à la voix d'or. Catherine Deneuve a déjà accepté d'y participer, avance-t-il, plein d'espoir. Mais dès qu'il cite le nom de l'actrice, Jeanne Moreau se tourne vers Paul-Henri Wauters : "Et vous, c'est quoi votre projet ? », lui demande-t-elle d'une voix sombre. "J'ai compris qu'il avait raté son coup : Jeanne Moreau ne partage pas avec Catherine Deneuve. Elle est au-dessus de tout ça », lâche le directeur du Botanique.

Et son idée lui plait, qui plus est : huit artistes et groupes pour rendre hommage à Jeanne Moreau, le temps d'une soirée à Bruxelles complètement inédite, au cours de laquelle la comédienne assurerait les transitions avec des textes de Norge. Elle accepte.

"Vous vous rendez compte que je suis là ? »

Paul-Henri Wauters la revoit à nouveau chez elle, puis au port de plaisance près du pont Van Praet. "Et puis à un moment donné, elle est arrivée. La veille du concert, avant les répétitions, elle m'a dit, 'Vous vous rendez compte que je suis là ?' Elle m'a fait comprendre qu'il y avait eu toutes les chances qu'elle ne vienne pas, en fin de compte ». Sur place, elle exige d'être conduite partout par son chauffeur attitré, un Belge, et est accueillie comme une reine. "J'avais l'obession qu'elle chante, j'insistais un peu », narre le numéro 1 du Botanique. "À un moment donné, elle m'a lancé : 'Toi, tu n'écoutes vraiment pas ce que je te dis !' Vraiment, elle m'a engueulé, mais avec tellement d'affection... C'était un grand moment ».

Lire aussi > Jeanne Moreau : pendant 60 ans, elle s’est joué des géants du cinéma français

©PHOTOPQR/LA PROVENCE / JEROME REY - Dix ans après le Botanique, Jeanne Moreau à Avignon.

Le grand soir venu, la salle est comble, le public a répondu présent. Parmi la foule, de nombreux Français impressionnés. "En France, personne n'était jamais parvenu à faire remonter Jeanne Moreau sur une scène ! Ça nous a positionné. C'est à partir de ce moment-là que le Botanique a commencé à exister en lettres d'or dans les milieux français ».

Et puis vient l'instant que Paul-Henri Wauters n'espérait plus : "Elle s'est mise à chanter. C'était complètement inattendu ». L'homme se rappelle de sa voix "abimée », mais aussi d'un véritable moment de grâce. Jeanne Moreau était là, debout, vivante, et chantait au Botanique. Inespéré et inoubliable.

CIM Internet