Paris Match Belgique

Izïa Higelin : « Papa nous protège et danse à jamais dans le cosmos »

Un amour qui transparait à chaque duo | © Copie écran concert arte TV

Musique

Jacques Higelin, décédé le 6 avril dernier, avait une relation très forte avec sa fille Izïa. Cette dernière lui a rendu hommage aujourd’hui sur Instagram. Mais leur complicité et l’expression de leur amour réciproque avaient commencé dès la naissance du troisième et dernier enfant de Jacques Higelin.

Elle a l’énergie et la folie de son père. Leur complicité rayonnait à chaque fois qu’ils montaient ensemble sur une scène. Une complicité faite d’un amour franc et fort qui avait inspiré à Jacques Higelin plusieurs chansons. Il y avait eu Ballade pour Izïa écrite en 1991 quand sa fille était encore bébé; Plusieurs années plus tard, Izïa devenue fin des années 2000 chanteuse et actrice, elle montera souvent sur scène pour rejoindre son père pour des duos toujours touchants, vrais et pleins d’amour. Pour fêter les 75 ans et les 50 ans de carrière du « Grand Jacques », elle était aux côtés de son père pour ce grand concert philarmonique à la Philarmonie de Paris. C’était en 2015. Ce fut le dernier concert de Jacques Higelin. La fille couvait du regard son père. L’accompagnait, le soutenait même.  Lui le grand émotif qui fondait si souvent en larmes sur scène. Ce soir-là, tous les deux, dans une étreinte pleureront. Ce fut la dernière Ballade pour izïa à deux. (l’ensemble du concert est à revoir jusqu’au 5 mai sur le site d’Arte TV. Passage avec Izïa à 50 minutes)

Et l’inspiration pour sa fille ne s’était jamais tarie. Sur son dernier album studio, il lui rendait encore hommage à cette enfant devenue femme, rockeuse et actrice sur Elle est si touchante. Il y chantait « Moi j’aime comme elle est ,Comme je la crois et Comme je la sais « . Cet amour et cette complicité n’a jamais faibli. Quelques mois avant le décès de son père, elle postait sur Instagram une photo touchante où elle prenait son père dans ses bras.

💜💜💜 forever

A post shared by @ iziamusic on

Libre, énergique et rebelle comme le chantait Jacques Higelin, Izïa a irradié l’hommage à son père au Cirque d’Hiver et au Père Lachaise de son énergie, de son partage et de sa tristesse pour accompagner son père jusqu’à sa dernière demeure. Elle lui a même dédié un titre inédit, « Dragon de Métal » qu’elle lui a chanté lors de la cérémonie au Cirque d’Hiver. Près d’une semaine après ses funérailles, Izïa a souhaité, à l’instar de son frère Arthur H quelques jours plus tôt, remercier les fans de Jacques Higelin par quelques mots et une magnifique photo du paternel jeune. Il le décrit comme étant désormais une bonne étoile, filante et incandescente (comme il le fut durant sa vie). Daddy, comme elle l’appelle, est parti. Mais pour elle, il sera toujours là. Vibrant et flamboyant.

Je tenais à vous remercier du plus profond de mon cœur pour tous vos tendres mots, vos pensées, vos sourires bienveillants, vos étreintes et votre présence magnifique jeudi. Papa est parti dans une tornade, dans une grande folie comme sa vie. Au Cirque d’Hiver comme au Père-Lachaise, nous avons fait résonner tout notre amour pour Jacques dans des chants, des danses, des rires, des pleurs… Libres, à son image. Comme l’a si bien dit mon frère Arthur, on a inventé un nouveau rite. Et il aurait adoré ça. Petite, je lui ai demandé c’était quoi Dieu. Ce à quoi il m’avait répondu: « c’est une grande force qui tourne autour de la terre… » et alors j’imaginais Dieu comme un gant de boxe géant en feu avec une queue de météorite, tournant sans cesse autour du globe. Maintenant je vois papa, comme une bonne étoile, filante, incandescente, qui nous protège et qui danse à jamais dans le cosmos à la vitesse de la lumière. Daddy, je t’aime pour toujours. Tu es en nous, vibrant et flamboyant. Photo : P.Terrasson

A post shared by @ iziamusic on

 

 

CIM Internet