Paris Match Belgique

Une version féministe de « This is America » crée la polémique

this is america

Donald Glover alias Childish Gambino, dans "This is America".

Musique

Alors que Childish Gambino dresse le sombre portrait de la société américaine dans « This is America », une youtubeuse canadienne s’en est inspirée pour publier une « parodie » féministe. Mais cette réappropriation ne passe pas.

Cela fait dix jours que Donald Glover alias Childish Gambino a frappé un grand coup avec son clip « This is America », sombre miroir de la société américaine marquée par le racisme, la violence et les armes. Dix jours que le monde entier ne parle que de ce « génie » de la musique, qui est également acteur, réalisateur, scénariste et producteur. Depuis la sortie du clip, qui atteint plus de 120 millions de vues, les images violentes et la danse de l’artiste multi-casquettes sont rapidement devenues virales, donnant lieu même à des mashups improbables comme avec « Call Me Maybe » ou « September » de Earth, Wind & Fire. Mais il a aussi eu droit (malheureusement) à de nombreuses reprises et parodies.

Lire aussi > « This is America » : L’autre Donald qui fait trembler l’Amérique

Women’s Edit

Une parodie en particulier a fait beaucoup parler d’elle : celle de Nicole Arbour, une youtubeuse canadienne qui a voulu reprendre les codes de « This is America » pour parler d’un autre sujet important, le féminisme. Dans son « Women’s Edit », Nicole Arbour aborde le viol, l’inégalité salariale et critique l’importance des standards de beauté et la pression mise sur les épaules féminines dans la société actuelle.

Alors que Childish Gambino critique notre tendance à devenir facilement distrait lorsqu’il s’agit de racisme et d’inégalités raciales, ignorant les luttes pour les droits des Noirs, les parodies telles que Women’s Edit sont bien la preuve que ce dont le créateur de la série Atlanta tente de dénoncer existe. « Prendre une critique de l’habitude qu’a l’Amérique à extraire la culture noire, tout en ignorant tout le traumatisme qui arrive à la communauté noire, et utiliser cette même critique pour faire exactement la même chose, qui était l’objet de cette critique, c’est ironique et vraiment problématique », explique Aaryn Green, sociologue spécialisée dans la culture et l’origine au micro d’AJ+. « La parodie de Nicole Arbour est une preuve que les Blancs pensent que la douleur et l’oppression raciales sont drôles », écrit une internaute sur Twitter.

Lire aussi > Aux États-Unis, des fusils en libre-service pour dénoncer le port d’armes

Certains internautes ont ressorti un ancien tweet, datant du 4 mai 2018, soit avant la mise en ligne du clip « This is America » dans sa version originale. Cet ancien tweet de Nicole Arbour donne un tout autre visage à cette réappropriation. La comédienne et youtubeuse canadienne écrivait qu’elle en avait « tellement marre des gens qui étaient en colère contre l’esclavage. C’est le passé, nous n’étions pas là. Nous ne l’avons pas fait. Mais ce que nous pouvons faire, c’est réparer notre esclavage économique. Focus sur le présent ».

Lire aussi > Juicy : Hip-hop sexiste et R’n’B féministe, même combat

D’autres se sont rappelés que Nicole Arbour est une habituée des polémiques. En 2015, la youtubeuse publiait « Dear Fat People » (« Chers Gros ») où elle critique ouvertement les personnes en surpoids. « Le fat-shaming n’existe pas. Ce sont les gros qui ont inventé ça », disait-elle. « ‘Oui, mais je ne pouvais pas entrer dans un magasin. C’est de la discrimination, imitait-elle avant de rétorquer : ‘Euh non. Cela signifie que t’es trop gros, et que tu devrais arrêter de manger. Est-ce que tu vas dire au docteur qu’il est méchant et qu’il te fout la honte parce que t’es gros, quand tu auras une putain de maladie cardiaque ? »

Vu l’ampleur de la nouvelle polémique à propos de sa vidéo féministe, Nicole Arbour a voulu clarifier certaines choses. « En raison de la nature sensible de l’original, je comprends pourquoi certaines personnes décrivent à tort que c’est ‘les Blancs contre les Noirs’. Cependant, ce n’était pas du tout mon intention », peut-on lire dans la description de la vidéo et sur son compte Twitter.

Certes, le débat abordé dans cette version, à savoir l’inégalité homme-femme, mérite également un clip aussi poignant que celui de Childish Gambino, mais certains internautes affirment que le problème réside dans sa réappropriation d’un autre débat aussi important, le racisme ambiant aux Etats-Unis. « Vous auriez pu soulever votre propre point à propos d’une problématique importante sans pour autant détourner une différente conversation ».

CIM Internet