Paris Match Belgique

Clara Luciani : « Je suis un petit être de plaisir »

Clara Luciani. | © Paris Match / Hélène Pambrun.

Musique

Sainte-Victoire, son premier album, a directement propulsé Clara Luciani dans la cour des grandes de la pop française.

« Tout est né d’un chagrin d’amour. Cette rupture douloureuse a provoqué le besoin vital d’écrire mon premier album. Sainte-Victoire, c’est la montagne d’Aix-en-Provence, dans le Sud, où j’ai grandi. »

« Mon enfance n’a pas été des plus faciles : je faisais 1,76 mètre à l’âge de onze ans, personne ne voulait jouer avec moi. Cette solitude m’a fait développer un grand appétit pour les livres et la musique. À huit ans, j’ai écrit la suite de Harry Potter, à onze, je tenais un blog, puis j’ai écrit ma première chanson. C’était en anglais, je confondais les verbes être et avoir, ça ne voulait rien dire du tout ! »

Lire aussi > La Sainte Victoire de Clara Luciani, « animal déguisé en madone »

« Je suis un petit être de plaisir, j’aime manger et boire, toujours en bonne compagnie ! J’ai une véritable obsession pour la pizza. Mon dernier challenge : remettre au goût du jour le Martini ! »

« J’ai deux familles d’influences. D’un côté, la chanson et la pop françaises : Françoise Hardy, dont je suis fan absolue, Léo Ferré, William Sheller, Michel Legrand… De l’autre, le rock anglo-saxon de Spiritualized, The Jesus and Mary Chain, PJ Harvey, Patti Smith… »

« Le fait de venir d’une famille modeste m’empêchait de penser que la musique pouvait devenir mon métier. Mais, à 19 ans, j’ai tout remis en question et je suis partie, guitare sur le dos, pour la capitale ! À la manière du film Les demoiselles de Rochefort : “À Paris, moi aussi, je tenterai ma chance.” »

 « Même si je ne parle pas directement de mes convictions féministes dans ma musique, une chanson comme La grenade rappelle qu’une femme peut avoir autant de tempérament et de force psychologique qu’un homme ! »

« Le 12 avril 2019, je serai sur la scène de l’Olympia. Je ressens un mélange d’appréhension et d’excitation à l’idée de jouer entourée des fantômes de Jacques Brel ou de Barbara. »

« Sainte-Victoire » (Initial / Universal). En tournée actuellement, puis au Botanique le 12 décembre 2018.

CIM Internet