Paris Match Belgique

Aretha Franklin en cinq prestations inoubliables

aretha franklin

Aretha Franklin, la reine incontestée de la soul. | © EPA/JUSTIN LANE

Musique

La reine de la soul Aretha Franklin est décédée à l’âge de 76 ans ce jeudi. Retour sur ses cinq prestations qui ont marqué les esprits à tout jamais.

 

« Respect », « I Say a Little Prayer », « You Make Me Feel Like a Natural Woman »… La liste est longue. Aretha Franklin, la reine incontestée de la soul, a marqué des générations entières d’artistes avec sa voix puissante et une carrière de plus d’un demi-siècle. Mais c’est en live que la chanteuse, qui s’est éteinte ce jeudi à l’âge de 76 ans, mettait tout le monde d’accord.

Lire aussi > « Respect » pour la reine de la soul Aretha Franklin

Avec son sourire flamboyant et son charisme éternel, la fille d’un pasteur baptiste et d’une chanteuse de gospel était également une figure emblématique de la communauté noire et restera comme l’interprète inoubliable de Respect, devenu l’un des hymnes des mouvements pour l’égalité des droits des Noirs et des femmes dans les années 1960. Si ses tubes et son engagement ont marqué l’histoire américaine, ses prestations resteront, elles aussi, gravées dans les mémoires. En voici cinq.

« Precious Lord, Take My Hand » en 1968

En 1968, elle interprète « Precious Lord, Take My Hand » à l’enterrement de Martin Luther King, ami personnel de son père dont la mort a bouleversé l’Amérique. C’était la chanson préférée du militant afro-américain. Elle chantera également cette chanson gospel quatre ans plus tard à l’enterrement de Mahalia Jackson, sans qui le discours « I Have a Dream » n’aurait jamais eu lieu. Surnommée la Reine du Gospel, cette artiste était une légende qui a transporté le gospel de l’église aux foules.

Lire aussi > Martin Luther King : 5 discours qui ont marqué son combat

« I Dreamed a Dream » en 1993

Après avoir interprété « God Bless America » à l’inverstiture de Jimmy Carter en 1977, c’est pour l’ancien président américain Bill Clinton que la diva charismatique a sorti son plus bel atout : sa voix. Vêtu d’un manteau de fourrure, Aretha Franklin a interprété « I Dreamed a Dream », sa propre version de la célèbre chanson des Misérables sortie sur son album What You See is What You Sweat en 1991. Après l’annonce de son état de santé en début de semaine, Bill Clinton avait publié un message de soutien sur Twitter : « Comme beaucoup de gens partout dans le monde, Hillary et moi pensons à Aretha Franklin ce soir. Nous écoutons sa musique qui a été une partie importante de nos vies ces cinquante dernières années. Nous espérons que vous l’élèverez en écoutant et en partageant ses chansons qui ont le plus compté pour vous ».

Nessun Dorma en 1998

En 1998, les organisateurs des Grammy Awards tombent sur un imprévu de taille : Luciano Pavarotti, malade, est contraint d’annuler sa venue. Trouver un remplaçant à la hauteur de son talent n’est pas chose facile, mais le public sera ravi d’apprendre que ce sera le rôle de la reine de la soul. Alors que les fans attendaient un classique comme « Respect » ou « I Say a Little Prayer », ils seront étonnés d’entendre « Nessun Dorma », l’air réservé aux ténors tiré de l’opéra Turandot de Giacomo Puccini.

L’hymne national américain en 2006

Après que la chanteuse ait souligné qu’aucun talent de Motown, institution musicale née de la contraction de « Motor Town », surnom de Détroit, n’apparaissait dans le spectacle de la mi-temps du Super Bowl organisé dans la ville qui l’a vue grandir, la NFL demande à Aretha Franklin de chanter l’hymne national aux côtés d’Aaron Neville avant le match.

« You Make Me Feel Like A Natural Woman » en 2015

Si elle a chanté pour son investiture en 2009, c’est surtout sa prestation devant Barack Obama en 2015 qu’on retiendra. En interprétant « You Make Me Feel Like A Natural Woman » lors du 38e gala annuel Kennedy Center Honors, l’artiste alors âgée de 73 ans avait livré une prestation renversante, face à laquelle Carole King, co-auteure de la chanson, n’avait contenu son enthousiasme. Le président très touché n’avait, lui non plus, pas pu retenir son émotion face à la légende.

Mots-clés:
Aretha Franklin
CIM Internet