Paris Match Belgique

The Blaze : Des clips au réalisme captivant

the blaze

Dernière preuve en date : "Queens". | © Nicolas Poillot

Musique

Ce vendredi 7 septembre, The Blaze sort son tout premier album Dancehall. L’occasion de revenir sur l’autre atout de taille du duo français : leurs clips, des claques visuelles saisissantes de réalisme et d’humanité.

Chaque clip de The Blaze est à lui seul un petit événement, un phénomène devenu bien trop rare dans le monde musical. Après l’ambiguïté de « Virile », le déchirement de « Territory » ou encore le bonheur partagé de « Heaven », le duo français formé par Guillaume et Jonathan Alric a sorti ce mardi 4 septembre le clip de « Queens ». Il aura fallu sept mois d’attente, ponctués par les vidéos « She » et « Faces » frustrantes pour les fans puisque sans images accompagnatrices, mais l’esthétique léchée est à nouveau au rendez-vous. Une fois encore, les deux cousins, qui portent également la casquette de réalisateur, présentent un clip construit tel un court-métrage qui peut raconter plusieurs histoires et nous emmènent à la découverte des relations humaines, dans toute leur complexité, avec un morceau électro mélancolique.

Lire aussi > YouTube n’aime pas les « vulves » du clip de Charlotte Abramow

Filmer la liberté humaine

Dans « Queens », The Blaze montre toutes les émotions que l’on peut ressentir lors d’un deuil si prématuré : de la douleur insurmontable aux souvenirs de moments heureux partagés avec l’être perdu. Meilleure amie, soeur ou âme soeur, la défunte était « tout » pour la jeune fille que l’on suit à travers cette période sombre de sa vie. « Ce qui nous intéresse avant tout dans nos clips c’est de parler de l’être humain, mais sans porter de message. Une fois postés sur YouTube, à chaque spectateur de s’approprier nos clips et de s’imaginer l’histoire qu’ils racontent », explique à RFI Jonathan, qui a étudié dans une école de cinéma à Bruxelles, ville où ils ont également tourné leur premier clip « Virile ». « Dans ‘Queens’ on souhaitait parler des ‘gens du voyage’ car ce sont des personnes qui souffrent de clichés, de fantasmes…« 

« Nous cherchons toujours à mettre en avant la jeunesse dans nos clips – c’est quelque chose qui est vraiment important pour nous. La manière dont on agit avec nos amis et notre famille, notre façon de partager des moments, cette liberté« , confiait, quant à lui, Guillaume à The Fader en 2017.

Comme « Heaven », dont le clip compte déjà près de 3 millions de vues, « Queens » est tiré de leur premier album sorti ce vendredi 7 septembre, intitulé Dancehall. Et ce nom n’est pas choisi pour leur pop électronique dansante ou pour la musique populaire jamaïcaine apparue à la fin des années 1970. À l’image de leur envie de parler de l’humain, Dancehall est un hommage à cette scène qui rassemble, où les gens viennent danser, aimer et vivre.

Lire aussi > En 24 heures, ce clip de k-pop explose les records de vues sur YouTube

Les nouveaux morceaux, tous sortis ce vendredi sur YouTube, tel un magnifique cadeau de rentrée, utilisent la même recette musicale efficace que leurs prédecesseurs : une voix grave trafiquée, posée sur des mélodies électro mélancoliques ponctuées par des riffs de piano ou encore des instrus qui rappellent parfois Jamie XX. De là à devenir parfois redondant… L’album cache tout de même quelques pépites musicales, comme « Runaway » et « She », le seul qui déroge à la règle de la voix chaude et planante. Plus qu’à attendre leurs clips pour les apprécier d’autant plus et voir à nouveau le génie (complet) des cousins Alric à l’oeuvre.

The Blaze sera en concert à l’Ancienne Belgique, le 11 mars 2019.

CIM Internet