Paris Match Belgique

Snoop Dogg tire sur un faux Trump dans son clip et fait polémique

Vidéo Musique

Le rappeur Snoop Dogg était sous le feu des critiques aux États-Unis pour un clip où il semble tirer sur le président Donald Trump, grimé en clown.

 

Sur l’instrumental du groupe canadien BadBadNotGood et remixé par Kaytranada, Snoop Dogg a sorti le clip de « Lavender » où apparaissent plusieurs acteurs maquillés en clowns sinistres. L’un d’eux imite sans détours Donald Trump, avec une perruque blonde, le teint bronzé et une grosse cravate rouge, apparaissant devant un pupitre ressemblant à celui de la Maison Blanche mais appelée « La Maison du Clown ». Baptisé Ronald Klump, le clown lève les mains en l’air comme s’il était arrêté par Snoop Dogg qui sort un pistolet d’où jaillit un drapeau rouge marqué du mot « Bang », rappelant les dessins animés.

Lire aussi > Le clip (anti-système) du jour : « P.O.W.A » de M.I.A

« Je me dis que plein de gens font des disques cools, s’amusent, font la fête, mais que personne ne s’occupe vraiment du vrai problème avec ce… clown qui nous sert de président », a déclaré le rappeur vétéran au magazine Billboard. Le sénateur américain Marco Rubio, l’un des rares membres du parti républicain à se déclarer fan de hip-hop, a critiqué le clip en rappelant que « des présidents ont été assassinés dans ce pays par le passé ». « Si la mauvaise personne voit ça et en tire la mauvaise idée, on peut avoir un vrai problème. Je ne sais pas à quoi pensait Snoop », a déclaré le sénateur de Floride au site TMZ. Plusieurs médias conservateurs critiquaient eux avec virulence le clip.

« Lavender » évoque aussi les violences policières contre les Afro-américains.

Donald Trump réplique

Comme à son habitude, le 45e président des États-Unis, n’a pas tardé à répondre au rappeur américain via son compte Twitter : « Pouvez-vous imaginer le tollé si Snoop Dogg, à la carrière ratée et tout- avait visé et tiré sur le Président Obama ? Peine de prison ! » 

Le magazine Billboard a également rapporté que les avocats de Trump jugeaient que des excuses étaient nécessaires.
CIM Internet