Paris Match Belgique

Les Meilleurs de l’année 2018 : Liesbeth Baelus, le monde du classique lui tend les bras

Vidéo Musique

Elle a commencé le violon à 4 ans, subjuguée par un instrument dont elle maîtrise aujourd’hui les facettes les plus diverses et émouvantes. Applaudie à travers le monde, comme soliste ou au sein du St. George Quintet et du Quatuor Taurus, elle jouit d’un parcours exceptionnel à seulement 31 ans.

Paris Match. Quel est votre sentiment en figurant au palmarès des Meilleurs 2018 ?
Liesbeth Baelus.
C’est une belle surprise d’être nommée par la RTBF et Paris Match car j’étais surtout soutenue en Flandre jusqu’à présent !

Vous donnez de nombreux concerts, en Europe comme en Asie. L’accueil est-il différent ?
Jeune étudiante, j’ai eu la chance de rencontrer des musiciens à la carrière internationale durant des festivals de musique de chambre. Lors d’une tournée en Asie, j’ai été approchée par un agent ce qui me permet d’y jouer régulièrement. Si la musique émeut la planète entière, les réactions du public diffèrent beaucoup selon les pays, même en Europe. Le pays le plus étonnant reste la Chine : les gens y sont tellement enthousiastes qu’ils se lèvent de leur siège et courent sur scène pour vous offrir des fleurs et vous féliciter !

Comment avez-vous commencé la musique ?
Ma sœur aînée a voulu jouer de la flûte traversière à l’académie mais, faute de place, elle a commencé le violon. Comme mes parents ne pouvaient pas me garder durant ses cours, je l’ai accompagnée et ai craqué pour l’instrument. Durant des années, j’ai juste ressenti une joie immense, sans penser à l’avenir. En intégrant le Conservatoire à Anvers à 11 ans, mes choix se sont précisés même si tout me semblait naturel, seul m’importait le fait de jouer le plus possible.

Que vous réserve cette année 2019 ?
Je me consacre beaucoup à mon quatuor et mon quintette, nos projets communs me réjouissent continuellement, mais je suis toujours enchantée de rencontrer d’autres artistes. La musique de chambre permet une totale communion, en partageant votre passion avec des musiciens qui vous inspirent. Avec le Quatuor Taurus, nous préparons les célébrations de Beethoven 2020 et comptons jouer tous ses quatuors !

Taurus Quartet « L’Horizon Funèbre » from Liesbeth Baelus on Vimeo.

Vous jouez sur un violon Cassini de 1924.
Adolescente, je voulais tellement avoir mon propre instrument que mes parents me l’ont acheté. J’ai tenu à les rembourser au fur et à mesure de mes concerts. Aujourd’hui, je suis très fière de dire que c’est MON violon et je l’aime de plus en plus. Ce ne fut pas un coup de foudre mais nous avons vécu tellement de choses ensemble. S’il m’arrive de voyager ne fut-ce qu’un jour sans lui, je suis complètement perdue.

Il vous arrive de lever le pied ?
Mon compagnon et moi avons une petite maison au pied des Pyrénées, dans le nord de l’Espagne. Dès que je peux, je pars me ressourcer dans la nature et préparer mes concerts en toute tranquillité.

Plus d’informations sur taurus-quartet.be.

La marraine, Eve-Marie Vaes, directrice de Musiq 3

Nous désirons, à Musiq 3, continuer à être un acteur de la vie musicale belge, en donnant aux artistes une visibilité tout au long de l’année. Les Meilleurs présentent des facettes multiples de la musique classique avec, cette année, une chanteuse, un chanteur multi-instrumentiste, une violoniste et un violoncelliste, dans des styles très différents.

Qu’est-ce qui vous séduit dans ces quatre candidats ?
Tous apportent vraiment quelque chose de précieux, dans leur démarche et dans la manière dont ils rayonnent. Marianne Croux a marqué les esprits lors du Concours Reine Elisabeth, elle est vraiment solaire et affiche déjà un parcours impressionnant. Nicolas Achten excelle dans la musique ancienne et nous transmet sa curiosité fantastique. Liesbeth Baelus, superbe soliste, est née pour la musique de chambre. Quant à Sébastien Walnier, il séduit par son ouverture, impressionnant avec son octuor de violoncelles.

CIM Internet