Grammy Awards : Les minorités et #MeToo représentés en force dans les clips

Grammy Awards : Les minorités et #MeToo représentés en force dans les clips

grammy awards

Donald Glover dervait être logiquement récompensé lors de la cérémonie. | © "This is America", Childish Gambino.

Musique

Les prestigieuses récompenses de l’industrie musicale américaine seront distribuées dans la nuit de dimanche à lundi à Los Angeles.

Les Grammy Awards sont régulièrement accusés de promouvoir des artistes trop blancs et trop masculins. Ils devraient échapper cette année à la critique dans la catégorie montante du « meilleur clip », où tous les candidats sont noirs et pour moitié des femmes. Les Grammy récompensent chaque année aux États-Unis les meilleurs artistes dans le domaine de la musique. Concentrés d’innovations visuelles, les cinq clips sélectionnés par les organisateurs de la cérémonie, qui se tient dimanche à Los Angeles, font aussi beaucoup parler d’eux pour leurs revendications sociales et politiques.

Lire aussi > Les 8 meilleurs festivals de musique européens dont vous n’avez jamais entendu parler

Donald glover, symbole d’un phénomène

Childish Gambino, alter ego musical du talentueux comédien, scénariste et réalisateur Donald Glover (Atlanta), a pris d’assaut internet au printemps dernier avec son hymne incendiaire « This Is America ». Dans sa vidéo provocatrice, il dénonce le règne des armes à feu et du racisme dans le pays avec un portrait sans concession de la vie de nombreux Noirs américains, entre fusillades sanglantes et réminiscences de l’esclavage, sur fond de joyeux rythmes afro-beat et de gospel.

De leur côté, Beyoncé et Jay-Z – chantant sous leur nom de famille, « The Carters » – ont fait grand bruit en investissant le musée du Louvre à Paris pour y tourner le clip baroque et exubérant de leur titre « APESHIT » : le couple utilise les oeuvres les plus classiques du Vieux monde blanc pour créer une esthétique éminemment moderne et noire.

À l’image de Childish Gambino, la vidéo « I’m Not Racist » de Joyner Lucas a attiré des millions de spectateurs sur le web, avec son rap pur et puissant sur une Amérique divisée. Dérangeant, le clip s’ouvre sur un homme blanc barbu et ventru coiffé d’une casquette rouge « Make America Great Again », symbole des partisans du président Trump, égrenant des poncifs racistes. Mais « Je ne suis pas raciste », se défend-il, « le petit ami de ma soeur est noir ».

Génération « MTV »

Les Grammys récompensent les clips vidéo depuis 1984, l’année où MTV a elle-même commencé à en faire un spectacle grâce à des pionniers comme Michael Jackson ou Madonna qui ont su révolutionner et exploiter le potentiel de ce format. Il est devenu aujourd’hui un genre à part entière, notamment grâce au web : les clips vidéo représentent, en durée, plus de la moitié de la demande de streaming mondiale.

Lire aussi > Primavera Sound : « Un line-up respectant la parité des genres, ça devrait être normal »

Le clip, ce vecteur de messages forts

Avec les retombées potentielles de centaines de millions de vues, produire une vidéo accrocheuse est devenu plus important que jamais pour l’industrie du disque, ce qui permet du même coup aux artistes de mieux faire passer leur message, souligne Robert Thompson, qui enseigne la culture télévisuelle et populaire à l’université de Syracuse. « De toutes parts, on voit surgir des messages politiques exprimés par des musiciens noirs. C’est dans cette catégorie des Grammys qu’ils semblent jouir d’une reconnaissance particulière », observe le chercheur. « Ce qui est triste, c’est que quatre sur cinq seront perdants » dimanche soir, déplore-t-il.

Avec Belga

CIM Internet