Paris Match Belgique

Michael Jackson banni des ondes de plusieurs stations de radio quebécoises

michael jackson

Michael Jackson. | © HBO

Musique

Au lendemain de la diffusion du premier volet du documentaire relançant les accusations de pédophilie à l’encontre de Michael Jackson, plusieurs stations de radio québécoises ont décidé de cesser de diffuser ses chansons sur leurs ondes. En Belgique, on se montre moins radical, mais tout de même prudent.

La réputation du Roi de la pop prend un nouveau coup. Dimanche soir, HBO a diffusé la première des deux parties du documentaire Leaving Neverland, relançant les accusations de pédophilies contre Michael Jackson, présenté comme un prédateur sexuel au grand dam de sa famille. Réalisé par le Britannique Dan Reed, l’oeuvre de quatre heures donne la parole à deux victimes présumées, James Safechuck et Wade Robson aujourd’hui âgés de 40 et 36 ans, et éclaire l’interprète de « Thriller » sous une lumière plus crue que jamais.

Face à ce documentaire controversé, certaines stations de radio québécoises ont décidé de ne plus diffuser les tubes de la légende sur leurs ondes. Les auditeurs des stations du groupe Cogeco Média, notamment CKOI, Rythme et The Beat, n’entendent donc plus depuis lundi matin « Beat It », « Billie Jean » ou encore « Black or White ». « Nous sommes attentifs aux commentaires des auditeurs et le documentaire d’hier soir crée des réactions », a expliqué à La Presse Christine Dicaire, la directrice marketing et communication chez Cogeco. Selon Le Devoir, quelques auditeurs auraient manifesté directement leur malaise à l’entreprise, « mais le tout est également un sentiment partagé dans la sphère publique, d’où notre retrait », a ajouté la directrice.

Lire aussi > Le trailer du documentaire controversé sur Michael Jackson est là (et les fans ne sont pas contents)

En Belgique, la chaîne de radio et de télévision flamande VRT a décidé de se montrer plus prudente avec la musique de Michael Jackson en raison des accusations formulées contre le chanteur décédé. « Si nous passons une de ses chansons, le présentateur fera référence à la controverse actuelle et le contexte sera précisé si nécessaire », indique lundi la chaîne publique, citée par Belga.

Intouchable ?

Professeur à l’université de Syracuse, Robert Thompson voit dans l’intensité des réactions au documentaire l’effet du #MeToo. « Le degré de conscience est plus élevé », dit-il. Pour lui, « un documentaire aussi extrême pourrait complètement changer son image posthume ». Mais le Roi de la Pop, mort il a presque 10 ans, ne semble pas pour autant suivre la même trajectoire que R. Kelly. Alors que l’interprète de « I Believe I Can Fly », accusé d’abus sexuels sur mineures, a été banni des ondes danoises et risque entre 30 et 70 ans de prison s’il est reconnu coupable, Michael Jackson peut compter sur un noyau de fans ultra-fidèles que rien ne semble pouvoir atteindre. Pour Diane Dimond, qui a écrit un livre sur la star, « Jackson touche des gens au plus profond, même aujourd’hui ». Ses fans, dit-elle, « croiront à jamais qu’il était comme Jésus ». Et ce, malgré la multiplication des accusations.

Lire aussi > Neverland : L’immense ranch de Michael Jackson va-t-il (enfin) trouver preneur ? [PHOTOS]

En effet, l’ancien leader des Jackson 5 est accusé d’actes pédophiles depuis plus de 25 ans. Dès 1993, un adolescent de 13 ans, Jordan Chandler, avait accusé l’artiste d’attouchements. L’affaire s’était réglée à l’amiable contre 15 millions de dollars. Mais dix ans plus tard, de nouvelles accusations l’emmèneront jusqu’au procès pénal. Il sera finalement acquitté, le jury ayant été sensible à l’argumentation des avocats de Jackson, qui avaient accusé la famille de la victime présumée d’avoir monté une arnaque pour soutirer de l’argent à la star. Wade Robson aura témoigné en faveur du chanteur en 1993 et 2003, avant de revenir sur sa version, il y a quelques années. Tout comme James Safechuck, il a attaqué en justice les héritiers de Jackson, mais les deux actions ont été rejetées, les faits étant prescrits.

Présenté en avant-première au festival Sundance, Leaving Neverland présente les témoignages de ces deux hommes, qui accusent l’interprète de « Thriller » de les avoir agressés sexuellement alors qu’ils avaient 7 et 10 ans. Les ayants droit de Michael Jackson ont intenté une poursuite de 100 millions de dollars à HBO, estimant que le la chaîne câblée viole un accord de « non-dénigrement » qu’elle aurait signé en 1992. Ces dernières semaines, sa famille et sa succession ont dénoncé à plusieurs reprises le documentaire , le qualifiant d’« assassinant posthume ».

CIM Internet