Paris Match Belgique

Non, les fans de death metal ne sont pas des bêtes assoiffées de sang

metal, music

La musique metal apporterait de la joie et de l'émancipation. | © Pixabay/Alexander Fradellafra

Musique

Alors que des études ont montré une désensibilisation des joueurs de jeux vidéo violents, il semblerait que les résultats soient bien différents concernant la musique.

Une étude très sérieuse a été réalisée par l’Université Macquarie en Australie sur la musique death metal, pour la chaîne britannique BBC. Pour ce faire, un test psychologique a été effectué en utilisant la chanson « Eaten » du groupe Bloodbath afin d’examiner les réactions inconscientes des gens. La recherche a été publiée aujourd’hui dans la revue scientifique Royal Society Open Science.

Le professeur Bill Thompson explique que cette étude de longue durée a été menée pour répondre à un constat. « Beaucoup de gens aiment la musique triste, et c’est un peu paradoxal. Pourquoi devrions-nous nous rendre tristes ? ». Cette constatation vaut également pour la musique aux thèmes agressifs ou violents.

Lire aussi > Comment l’Auto-tune a révolutionné l’histoire de la musique

Détails de l’étude

L’étude comptait 32 fans de death metal et 48 sujets qui ne l’étaient pas, âgés de 18 à 35 ans. Pour évaluer l’impact des différents types de musiques, les chercheurs ont choisi une chanson qui semble à l’opposé de « Eaten » : « Happy » de Farrell Williams. Chaque participant écoutait « Happy » ou « Eaten » alors qu’on leur montrait deux photos, une pour chaque oeil. La première photo montrait une scène violente, comme une personne se faisant attaquer dans la rue, alors que la deuxième image représentait quelque chose de banal, comme un groupe de personnes marchant dans la rue.

Un des chercheurs explique que cette technique s’appelle « la rivalité binoculaire ». Ce test psychologique part du principe que lorsqu’une personne voit une image neutre et une image violente, il verra davantage l’image violente.

La recherche a montré que les fans de metal traitaient les images menaçantes et violentes de la même manière que ceux qui n’aimaient pas le genre metal.

Lire aussi > C’est prouvé, les chiens sont plus heureux quand ils écoutent du reggae

Le chanteur du groupe Bloodbath, Nick Holmes, a commenté à la chaîne BBC : « je serais vraiment horrifié si quelqu’un écoutait la chanson [qui a pour thème le cannibalisme] et ressentait le désir d’être mangé par un cannibale ». Il continue, « la majorité des fans de death metal sont des gens intelligents, attentifs et passionnés par la musique ».

Selon le professeur Thompson, la joie et l’émancipation sont les réactions émotionnelles dominantes à ce genre musical.

Mots-clés:
science Death Metal
CIM Internet