Paris Match Belgique

« Hallelujah Money » ou le retour politique de Gorillaz

Vidéo Musique

À la veille de l’investiture de Donald Trump, le groupe anglais Gorillaz sort « Hallelujah Money », un titre acide avec pour cible le futur président. 

« Hallelujah Money ! », scande l’artiste londonien Benjamin Clementine de sa voix profonde, à la fin du nouveau titre de Gorillaz. Après six ans d’absence, la date de cette sortie – qui est tombée sans prévenir – n’est pas un hasard. À deux doigts d’entrer à la Maison blanche, Donald Trump est la cible mouvante de ce morceau forcément politique. La célèbre tour du président élu en arrière-plan, bang. Des images du Ku Klux Klan, bang. Une référence au mur qui devrait séparer les États-Unis du Mexique, bang. Damon Albarn et Jamie Hewlett, acompagnés pour l’occasion par un Clementine émacié et à l’air agard, tirent à vue.

Hallelujah Money
©Gorillaz – Des images intentionnellement évocatrices jalonnent le clip de « Hallelujah Money ».

À voir aussi : Le making of désastreux devenu clip officiel de Young Thug

Le morceau, de par l’implicatoin du chanteur anglais, rompt musicalement avec la tradition du groupe virtuel, dont la patte est moins reconnaissable qu’auparavant. Mais le titre sonne comme une introduction à un album à venir mûrement réfléchi et sans concessions, et renoue avec des thématiques chères à la formation anglaise : la télévision et le consumérisme. La voix lointaine de Damon Albarn, l’apparition des personnages dessinés et le clip décalé l’attestent : « Hallelujah Money » est un bien un morceau signé Gorillaz, en déplaise aux fans déçus par la place qui y est accordée à Benjamin Clementine. Mais un nouveau Gorillaz.

Le nouvel album « Humanz » de Gorillaz sortira le 21 avril 2017.

CIM Internet